En Australie, des femmes ont manifesté seins nues pour apporter leur soutien au mouvement Free the Nipple

Dernièrement, en Australie, un groupe de manifestants, constitué essentiellement de femmes, est descendu dans la rue la poitrine nue dans la ville de Byron Bay, dans le nord de la Nouvelle-Galles du Sud. Les manifestantes ont protesté contre la criminalisation et la censure des seins féminins. Elles font partie du mouvement international baptisé Free The Nipple (Libérez le mamelon).

Des citoyens australiens ont rejoint le mouvement et ont défilé le long de la plage Belongil de Byron Bay. Sans prétention exacte, ils étaient motivés par l’idée de lutter en faveur de l’égalité des sexes. Le rassemblement a été organisé par la dénommée Eva Judell.

free the nipple

Le mouvement Free The Nipple a été lancé en 2012 avant la production d’un film du même nom, sorti en 2014. Les partisans réclament une désexualisation juridique et culturelle des seins.

Les seins sont principalement maternels

D’après les partisans du mouvement, il est injuste que les hommes puissent exposer leurs tétons en public sans souci alors que les femmes sont privées du même droit.

Eva Judell a confié aux journalistes de la chaîne ABC News que, lorsqu’elle est sur la plage, elle ne porte plus de soutien-gorge.  « J’ai été harcelée et montrée du doigt pour mes seins nus sur la plage et cela a suffi pour m’intéresser à la manière dont cela fait partie d’un problème plus vaste qui contribue à la culture du viol et à la violence envers les femmes », a-t-elle affirmé.

Elle a expliqué que le but du mouvement est de sensibiliser le public à « l’attitude deux poids deux mesures à ce sujet et de lutter contre l’objectivation sexuelle des femmes ».

« Les gens doivent grandir et se retirer des conditionnements culturels toxiques », a-t-elle déclaré. « Les seins sont avant tout maternels, c’est leur premier objectif. Je ne dis pas qu’ils ne peuvent pas être sexuels, tout notre corps peut être sexuel, mais les seins sont principalement maternels et nous devons les normaliser pour la sécurité des femmes. »

À notre cerveau, pas à notre corps

Le mouvement n’a pas été exempt de critiques sur la page Facebook ABC North Coast.

« Mettez toute cette énergie que vous mettez dans cet argument stupide et aidez-vous à lutter pour une association qui habilite les gens, ne se promène pas sur le dessus, grandit ! », a commenté l’internaute Pip Carolan.

« Si vous aimez attirer l’attention sur vous-même, sentez-vous libre, ne critiquez pas les gens pour avoir regardé », a affirmé Ben Grayson. « Je pense que le meilleur moyen de récupérer notre égalité et notre pouvoir revient à nos cerveaux, pas à nos corps », a ajouté Julia Chapple.