En Australie, il a suffi de deux oiseaux en train de s’accoupler pour provoquer une panne de courant

D’habitude, ce sont les catastrophes naturelles, les défaillances de système, les chutes de poteaux ou encore les surtensions qui sont à l’origine des pannes de courant.

En Australie, une panne a été provoquée par des oiseaux, plus précisément par deux kookaburras qui se sont accouplés au-dessus d’une ligne électrique.

Ligne électrique

Crédits Pixabay

Selon des témoins oculaires, les deux tourtereaux étaient perchés au sommet d’un poteau électrique lorsque des étincelles ont soudainement été aperçues. Quelques secondes après, celles-ci ont été suivies de deux grands éclairs puis de fortes détonations.

Les deux amoureux sont morts sur le coup, tandis que la ville s’est retrouvée plongée dans le noir.

Que s’est-il passé ?

Lorsqu’une équipe d’experts de la compagnie d’électricité australienne est arrivée sur les lieux, ils ont découvert deux oiseaux morts sur le sol. Ils en ont alors déduit que la panne a été provoquée par la femelle qui a déployé ses ailes durant l’accouplement et qui, en touchant les deux lignes électriques, la phase et le neutre, a agi comme conducteur, et provoqué un court-circuit.

Comme l’explique Paul Entwistle, porte-parole de Western Power, une compagnie d’électricité locale : « cette action a provoqué des étincelles entre les deux oiseaux alors qu’ils agissaient en tant que conducteurs d’électricité entre les lignes séparées. »

Le court-circuit était donc à l’origine des étincelles ainsi que de l’explosion. Heureusement, grâce à un système de sécurité préalablement installé, les dommages causés par ce dernier étaient limités. En effet, un arrêt d’urgence automatique intégré au poste de distribution électrique s’est déclenché et a coupé le courant avant que d’autres dégâts ne surviennent.

Les Kookaburras d’Australie

Les kookaburras sont des martins-chasseurs géants, typiques de l’île continent. Leur particularité réside principalement dans leur chant. Ce dernier ressemble en effet à un cri de singe qui fait penser à un éclat de rire puissant et qui attire immédiatement l’attention. D’où leur surnom : « l’oiseau qui rit ».

Pour ce qui est des deux tourtereaux à plumes qui ont malheureusement perdu la vie à la suite du court-circuit, il a été rapporté qu’ils « […] ont été inhumés au cours d’une cérémonie privée à laquelle ont assisté les employés de Western Power. »

Mots-clés insolite