En cas de latence, Google Stadia souhaite prédire les actions du joueur grâce au Machine Learning

Sur le marché du jeu vidéo se dresse un trio de tête : Sony (PlayStation 4), Microsoft (XBox One) et Nintendo (Switch). Alors que jusqu’à maintenant, ces leaders dominaient le secteur, de nouveaux concurrents apparaissent progressivement. Parmi ces derniers, on trouve notamment Google et sa machine Stadia dédiée au Cloud Gaming. Pour résumer, cette technologie permettra à un joueur de profiter de titres grâce à une simple connexion Internet, en streaming, qu’importe le support et la puissance – PC, smartphone, tablette… Une belle promesse de la part de Google qui se reposera notamment sur le Maching Learning.

Mais ce n’est pas tout puisque Madj Bakar, vice-président de Stadia, a révélé chez PCGamesN que le Machine Learning permettra au service… de prédire les actions des joueurs.

Une manette de gamer.

Crédits Pixabay

Une décision qui risque de faire jaser les joueurs dont les mouvements pourraient être prédits par Stadia.

L’intelligence artificielle mise à profit par Google sur Stadia

Malgré les promesses du Cloud Gaming, un problème se pose néanmoins : que se passe-t-il si la connexion Internet lâche ou connaît des ralentissements ? Un problème qui n’a pas lieu en local, lorsque le joueur profite d’une aventure offline. Pour contrer ce potentiel souci, Google a décidé de se baser sur le Machine Learning – entendre par là l’apprentissage de la machine – pour son support Stadia.

Pour faire face au problème, Stadia augmentera le taux de rafraîchissement, mais pas que. Et pour cause : la plate-forme sera capable, en calquant la façon de jouer du joueur, de prédire ses mouvements pour contrer un lag. La machine pourra donc deviner ce que comptait faire la personne devant son écran pour le faire à sa place. Une solution qui risque de faire grincer des dents. Après tout, comment une machine peut-elle prédire à 100% un comportement humain, surtout en jeu ?

En parallèle de cette révélation, Madj Bakar nous explique également que « les jeux tourneront plus rapidement et avec un meilleur temps de réaction » sur Stadia que sur les consoles locales ! Nul doute que cette déclaration semble un peu précipitée : on a du mal à croire que le Cloud Gaming soit capable d’une meilleure réactivité qu’une console physique. Des promesses à prendre avec des pincettes.