En Chine, découverte d’un nouveau virus capable de déclencher une pandémie

Le Covid-19 a prouvé de la pire manière qui soit que personne n’était à l’abri d’une pandémie. Pas même les états les plus riches du monde. Né à Wuhan en Chine, le virus a en effet mis à terre une bonne partie de l’Europe en l’espace de seulement quelques semaines. Face à la situation, la plupart des états européens n’ont eu d’autres choix que de confiner la population, avec les résultats que nous connaissons.

Aujourd’hui, cet épisode semble derrière nous, mais le virus est loin d’avoir disparu de la surface du globe. Il est même encore très actif dans certaines régions comme les États-Unis ou encore l’Amérique du Sud.

La photo d'un porc en train de se nourrir

Crédits Pixabay

Là-bas, le nombre de cas confirmés ne cesse de grimper et la situation devrait encore s’aggraver dans les semaines à venir.

À quand la prochaine pandémie ?

La question n’est donc plus de savoir si une autre pandémie finira par se déclarer, mais plutôt quand elle le fera.

Or justement, des chercheurs chinois ont découvert un nouveau type de grippe porcine capable de déclencher une pandémie, du moins selon une étude publiée en début de semaine  dans la revue scientifique américaine PNAS.  Baptisée G4, cette dernière serait, d’après les premières conclusions des chercheurs, génétiquement issue de la souche H1N1 qui a provoqué une grave pandémie en 2009, sans pour autant se hisser au niveau du Covid-19.

Les auteurs de l’étude, pour la plupart des scientifiques provenant des universités chinoises et du centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, sont unanimes.

À lire aussi : Le Cannabis serait utile dans la lutte contre le Covid-19

G4, un virus capable d’infecter les humains

D’après eux, ce virus possède absolument « toutes les caractéristiques essentielles d’être hautement adapté pour infecter les humains ».

En effet, sur une période allant de 2011 à 2018, les chercheurs ont prélevé pas moins de trente mille écouvillons nasaux de porcs dans des abattoirs situés dans  10 provinces chinoises et dans un hôpital vétérinaire. Après analyse, ils ont réussi à isoler 179 virus issus de la grippe porcine.

Il y a plus intéressant cependant. En observant leurs caractéristiques, les scientifiques ont réalisé que la plupart de ces virus étaient d’un type nouveau qui domine chez les porcs depuis l’année 2016.

Par la suite, l’équipe a réalisé une succession de plusieurs expériences en s’appuyant sur des furets. Ces derniers ont en effet pour avantage de présenter des symptômes proches de ceux de notre propre espèce. Et justement, les sujets infectés ont très vite déclaré la fièvre, de la toue et des éternuements.

À lire aussi : Voilà pourquoi le Covid-19 provoque parfois la disparition du goût et de l’odorat

Les chercheurs appellent à prendre des mesures

Les chercheurs ont ensuite effectué diverses expériences, notamment sur les furets, qui sont largement utilisés dans les études sur la grippe, car ils présentent des symptômes similaires à ceux des humains – principalement de la fièvre, de la toux et des éternuements.

Pire encore, le G4 s’est révélé hautement infectieux, provoquant des symptômes plus graves chez les furets que les autres virus.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce virus est très différent de la grippe saisonnière qui revient tous les ans. Les nombreux tests menés par les chercheurs à l’origine de l’étude ont en effet prouvé que l’immunité habituellement acquise en cas d’exposition à la grippe saisonnière ne protège absolument pas contre le G4.

À lire aussi : 1 personne sur 5 serait susceptible de développer des symptômes graves du Covid-19

Le risque d’une pandémie est réel

Ce n’est pas terminé. Le virus serait également déjà passé de l’animal à l’homme et les chercheurs ont ainsi déterminé que 4,4 % de la population de ces régions avait été exposé au G4. En revanche, il semblerait que le virus ne puisse pas encore passer d’un individu à un autre. Pas pour l’instant du moins.

Pour les chercheurs, le risque est réel : « Il est à craindre que l’infection humaine par le virus G4 favorise l’adaptation humaine et augmente le risque de pandémie humaine », ont-ils écrit.

En conséquence, et pour éviter que la situation de ces derniers mois ne se reproduise, les chercheurs ont appelé à des mesures urgentes pour surveiller les personnes travaillant avec des porcs.

À lire aussi : Face au retour du Covid-19, Apple est obligé de fermer ses stores