En Chine, des bactéries responsables de la brucellose se sont échappées d’un laboratoire

Alors que tous les yeux sont actuellement tournés vers la pandémie de COVID-19, beaucoup ignorent qu’un autre drame s’était produit en Chine un peu avant que la terrible épidémie n’éclate. En novembre 2019, une bactérie s’était en effet accidentellement échappée d’un laboratoire pharmaceutique biologique de Zhongmu Lanzhou, dans le nord du pays.

Il aura cependant fallu attendre une année entière avant que les autorités ne se décident enfin à révéler la nouvelle : selon les informations rapportées par le Global News, il s’agit de la bactérie de la brucellose qui s’est échappée des locaux du laboratoire après que ces derniers aient été nettoyés et désinfectés avec des produits périmés pendant plusieurs semaines.

Crédits Pixabay

Résultat : les émissions de vapeur résiduelle émanant du laboratoire n’ont pas été complètement stérilisées. Ce sont ces gaz résiduels contaminés qui ont transporté les bactéries à l’extérieur. Transportées par le vent, elles se sont alors rapidement propagées parmi la population locale (à Lanzhou), et ont contaminé plusieurs milliers de personnes.

Une contamination gardée secrète

La brucellose est une maladie bactérienne qui touche principalement les bovins, les porcs, les chèvres ou encore les chiens. Elle peut également toucher les humains, mais jusqu’à présent, les cas recensés étaient vraiment très rares. Dans tous les cas, les symptômes de la maladie ont des similarités avec la grippe : fièvre, faiblesse, perte de poids, malaise… Les cas les plus graves peuvent également entraîner des problèmes durables, comme l’arthrite ou le gonflement de certains organes.

Lorsque les premiers cas de brucellose ont été détectés, les autorités sanitaires chinoises ont préféré ne pas ébruiter la nouvelle. À l’époque, elles ont bien fait des déclarations officielles, mais en minimisant la situation : « l’aérosol formé par les gaz résiduels contenant des bactéries ne peut voyager dans l’air que sur une distance limitée, et la dose est également faible. » Les autorités avaient alors affirmé qu’« il n’y aurait pas un grand nombre de personnes contaminées ».

Plus de 3 000 personnes infectées

Si le laboratoire pharmaceutique chinois a probablement laissé échapper la bactérie de la brucellose en juillet 2019, ce n’est qu’en novembre que des personnes infectées ont été signalés par la Commission de la santé de Lanzhou. Les premiers cas auraient été signalés parmi le personnel de l’Institut de recherche vétérinaire de Lanzhou qui se trouvait non loin du laboratoire.

Au total, l’agence de presse officielle chinoise Xinhua a indiqué qu’au moins 3 200 personnes ont été infectées par la brucellose. Aucun décès n’a pour l’instant été enregistré, mais les autorités préfèrent rester prudentes. La société pharmaceutique responsable de l’épidémie a en tout cas été punie, et les victimes de son imprudence devraient être très prochainement indemnisées.

Mots-clés santé