En Chine, les citoyens peuvent gagner de l’argent en dénonçant les contenus pornos

Pour ceux qui ne le savent pas, la pornographie est illégale en Chine. D’ailleurs, les autorités proposent des récompenses intéressantes aux personnes qui veulent bien dénoncer les contenus pornographiques.

Dans l’Empire du Milieu, le fait de dénoncer une publication érotique permettait d’engranger la coquette somme de 600 000 yuans, soit l’équivalent de 86 500 dollars.

Addiction Porno

C’est l’Office national contre les publications pornographiques et illégales qui a eu la « bonne idée » de récompenser les chasseurs de primes pornographiques. Cet organisme ne cesse de renouveler les offres afin d’éradiquer les contenus à caractère sexuel.

Les autorités chinoises ont l’habitude de tout contrôler et de censurer les contenus qui ne sont pas conformes à la législation. Les particuliers sont encouragés à contribuer sur cela.

De lourdes sanctions pour les auteurs de films ou livres pornos

Derrière les contenus pornographiques, il y a bien sûr des personnes qui se qualifient d’artistes. Dans le pays, des dizaines de milliers de plateformes illégales ou pornographiques ont déjà été supprimées en cours d’année.

Quant aux auteurs, ils encourent des sanctions très lourdes dont l’emprisonnement. C’est le cas de Tianyi, une écrivaine spécialisée dans les contenus érotiques. Elle a écopé de 10 ans et demi de prison pour avoir mis en scène des relations homosexuelles dans son roman.

La chasse aux auteurs de contenus érotiques n’épargne personne

À 27 ans, le fondateur de vidéo Hot TV doit purger une peine de sept ans de prison. 1 579 vidéos illégales ont été recensées sur son site. Sachez qu’en Chine, le moindre partage de fichiers GIF ou de vidéo érotique peut vous conduire en prison. Depuis le lancement de cette campagne, la majorité des Chinois s’improvise chasseurs de primes.

People’s Daily a même rapporté que les habitants de Chengdu n’hésitent pas à espionner leurs voisins. Il faut savoir que cette localité est surtout habitée par des retraités. En Chine, les personnes âgées sont très actives pour ce qui est de dénoncer des comportements suspects. Les seniors de Beijing et de Huangshan ne laissent rien passer.

Depuis cette année, les policiers sont à l’affût de la moindre dénonciation de contenus illicites. Ils inspectent, sans relâche, les librairies, les imprimeries et surtout les cybercafés.

Mots-clés chine