En Chine, les jumelles modifiées génétiquement présentent des mutations non anticipées

Les deux bébés chinois nés d’embryons génétiquement modifiés possèdent apparemment des mutations imprévues. Cette manipulation qui a été réalisée par un scientifique chinois n’a donc pas atteint son objectif.

En novembre 2018, la nouvelle avait fait la une des médias. En Chine, Lulu et Nana (pseudonymes) naissaient d’embryons génétiquement modifiés. L’expérience menée par un généticien chinois du nom de He Jiankui avait pour but de renforcer leurs défenses immunitaires en les rendant invulnérables face au VIH, c’est-à-dire le virus responsable du SIDA.

Le CRISPR utilisé dans un traitement contre le cancer aux Etats-Unis

Crédits Pixabay

Elle reposait sur la méthode de « ciseaux moléculaires » (Crispr) qui est une technique très récente consistant en une modification du génome.

Compte tenu du fait que le procédé avait été condamné aussi bien par la communauté scientifique que par les autorités chinoises, il a été boudé par presque toutes les revues scientifiques du monde. Heureusement, grâce au média américain MIT Technology Review, lequel a obtenu une partie du rapport ayant été rédigé par le généticien chinois, nous connaissons désormais les dessous de l’expérience.

À ce propos, les experts s’accordent à dire que les jumelles présentent probablement actuellement (si elles sont encore en vie) des mutations imprévues.

Aucune mention relative à la réussite de la manipulation

D’après le journaliste du MIT Technlogy qui a mis la main sur le document, sa découverte confirme ce que la communauté scientifique craignait. En effet, le texte ne mentionne en aucun cas que la mutation opérée sur une partie du gène CCR5 ait été un succès.

Par ailleurs, l’étude affirme que le résultat obtenu est « “similaire” à celui qui procure l’immunité et non identique ». Des données issues du même document montrent également que Nana et Lulu possèdent des mutations quelque part dans leur génome. Le pire c’est que ces actions se seraient déroulées de manière inattendue.

Une technologie qui est loin d’être fiable

Ayant été inventée en 2012, la méthode des ciseaux moléculaires est loin d’être fiable vu que « les ciseaux coupent souvent à côté de l’endroit ciblé ». Pour cette raison, de plus en plus d’experts luttent contre la naissance de bébés « Crispr ». « Il y a énormément de problèmes dans l’affaire des jumelles Crispr. Tous les principes éthiques établis ont été violés, mais il y a aussi un grand problème scientifique : il [He Jiankui] n’a pas contrôlé ce que Crispr faisait, et cela a créé plein de conséquences imprévues », a déclaré à l’AFP le généticien Kiran Musunuru de l’université de Pennsylvanie.

Mots-clés chinegénétique