En Chine, on bosse sur des drones kamikazes

La Chine vient de procéder à des essais sur des drones d’un nouveau genre. À la différence des autres drones développés jusqu’ici, ce nouveau modèle est destiné à des missions sans retour. Pour l’occasion, l’Empire du Milieu a déployé un essaim de drones, dont une partie lancée par des lanceurs fixés sur des camions de l’armée, et une autre par des hélicoptères.

Une vidéo d’environ une minute montrant le spectacle a été publiée par CETC (China Electronics Technology Group Corporation), une entreprise appartenant à l’État.

Un drone volant dans le soleil couchant
Crédits Pixabay

Chaque appareil mesure 1m20 et pèse 9 kg, et possède une autonomie de deux heures. Le petit engin volant est conçu pour foncer sur une cible à une vitesse de 150 km/h avant d’exploser lors de l’impact. Les drones ont été pilotés à distance avec une tablette. À la fin de la séquence, l’un des drones kamikazes se dirige tout droit vers une cible, mais elle est coupée au moment du choc.

Il y a quatre ans, cette arme redoutable a été développée par une entreprise publique appelée China Aerospace Science and Technology Corporation. À présent, c’est l’Institut de recherche ETGC (Electronics Technology Group Corporation) qui est responsable du projet.

Une redoutable arme de guerre

La Chine est en train d’expérimenter plusieurs outils de guerre. Elle a réussi à développer ces drones kamikazes à moindre coût. Ces armes sauraient atteindre une cible située à environ 300 km avec toute une précision. Des experts ont d’ailleurs évoqué leur ressemblance avec le drone d’assaut CH-901. Il s’agit d’un petit appareil solaire d’une puissance extrême, pouvant réduire à néant des sous-marins.

Force est de reconnaître que, pour le moment, les drones restent des armes particulièrement difficiles à combattre. Ces objets volants agissent le plus souvent en discrétion et sont pourtant d’une efficacité incontestable. Certains sont capables de brouiller les systèmes de communication de l’ennemi. À cela s’ajoute le fait qu’ils sont pilotés à distance et n’impliquent donc pas de risques de pertes humaines, du moins pour ceux qui les commandent.

« Les drones de ce genre intéressent beaucoup les armées, car ils offrent de nombreux avantages (reconnaissance, brouillage des communications, etc.), alors que les systèmes de défense pour les contrer sont pour l’instant très coûteux », a expliqué Business Insider.

Des détails techniques à améliorer

Le CETC a déjà effectué des tests sur ces drones le mois dernier, mais aucun détail n’a été révélé sur le sujet. Malgré cela, certains aspects techniques doivent être encore améliorés avant leur déploiement sur-le-champ de bataille.

« Ce projet entrepris par le gouvernement chinois va favoriser le développement militaire. Ces appareils ressemblent beaucoup aux drones d’attaque CH-901, mais des problèmes techniques doivent être résolus comme le système de communication qui n’est pas assez fiable et l’intelligence artificielle qui manque de réactivité », a rapporté le South China Morning Post, un média hongkongais.

La dernière vidéo de la chaîne

Si vous aimez les produits tech, alors n’hésitez pas à nous rejoindre sur notre chaîne YouTube.

Le dernier test publié sur la chaîne, le test des Reno4 et Reno 4 Pro de Oppo

La Fredzone est également sur Google Actualités, pensez à vous abonner à notre flux !