En Chine, une entreprise fabrique des sexdolls avec des imprimantes 3D

DS Doll, une entreprise chinoise basée à Dalian, fait de plus en plus appel aux imprimantes 3D pour concevoir et produire ses sexdolls. D’après l’un de ses plus gros revendeurs, l’utilisation de ces machines lui permettra en effet de démocratiser ces produits.

DS Doll Robotic se positionne sur un segment similaire à celui de l’entreprise californienne Abyss Creations.

DS Dolls

La société s’est en effet donné pour mission de concevoir et de produire des robots sexuels réalistes à une grande échelle.

DS Doll Robotic, une entreprise spécialisée dans les sexdolls

Elle compte plusieurs produits différents à son catalogue. La plupart d’entre eux se présentent sous la forme de simples poupées inanimées. DS Doll travaille cependant depuis plusieurs années sur un modèle robotisé intelligent piloté par une intelligence artificielle.

En attendant, l’entreprise cherche surtout à réduire ses coûts de fabrication et c’est précisément ce qui l’a poussé à s’intéresser à l’impression 3D.

L’impression 3D trouve ses origines dans les années 80, lorsque trois Français ont déposé un brevet décrivant un procédé de fabrication additive pour le compte de CILAS ALCATEL. Chuck Hull, un Américain, a breveté une première technique de stéréolithographie quelques semaines plus tard et la toute première imprimante 3D a été lancée en 1988 par 3D Systems.

Depuis, la technologie s’est considérablement démocratisée et certains constructeurs proposent même des modèles pensés pour le grand public.

DS Doll a suivi avec soin ces évolutions et l’entreprise a donc eu l’idée d’intégrer l’impression 3D à son processus de fabrication de sexdolls.

En temps normal, ces produits sont fabriqués à l’aide de simples moules. Les fabricants commencent en effet par verser le silicone dans ces récipients afin de fabriquer les différents membres de la poupée. Une fois refroidies, ces pièces sont peintes et traitées avant de subir d’éventuelles retouches.

Un nouveau procédé de fabrication reposant sur l’impression 3D

DS Doll a donc développé un nouveau système reposant entièrement sur des imprimantes 3D, un système permettant de se passer des moules habituellement utilisés dans le cadre de la fabrication de ces produits.

Tous les détails ne sont pas connus, mais Cloud Climax, un des principaux revendeurs de l’entreprise, évoque un système à la fois fiable, simple, rapide et peu coûteux.

Ce n’est pas cependant pas le plus intéressant. DS Doll aurait également mis au point un système permettant de scanner un corps humain pour le retranscrire ensuite en plans compatibles avec les imprimantes 3D. Grâce à cet ingénieux système, l’entreprise serait donc en mesure de créer des répliques artificielles d’hommes et de femmes.

Toutefois, le PDG de la société ne compte pas utiliser cette technologie pour créer des répliques de vraies personnes. Pas sans leur permission expresse en tout cas. En outre, d’après ce fameux revendeur, ce nouveau processus de fabrication aurait pour effet de réduire drastiquement les coûts de fabrication des sexdolls. A terme, l’impression 3D pourrait donc permettre aux fabricants spécialisés de réduire le prix de leurs produits.

Mots-clés insolitesextech