En Chine, une femme a failli mourir après s’être injectée du jus de fruit dans les veines

Zeng est une Chinoise âgée de cinquante et un ans. Le 22 février dernier, elle a été hospitalisée après s’être injecté un cocktail de fruits dans les veines. Elle croyait qu’en faisant cela, elle ferait le plein de vitamines et aura une meilleure santé. Peu de temps après l’injection, elle a ressenti de fortes démangeaisons et sa température a commencé à monter.

Elle a immédiatement été transportée à l’hôpital de l’université de Xiangman, à Chenzhou, en Chine.

Jus de Fruit

Crédits Pixabay

Son état de santé s’est rapidement dégradé. Le smoothie lui a valu des lésions cutanées et des dommages au niveau de plusieurs organes. D’après Liu Jianxiu, le médecin qui l’a prise en charge, elle aurait pu mourir d’une défaillance d’organes multiples et d’une septicémie. En effet, elle a été atteinte d’une grave infection. Son foie, ses reins, ses poumons et son cœur ont été touchés.

Zeng a d’abord subi des soins intensifs durant cinq jours avant d’être transférée dans une unité de services généraux. Elle est sortie de l’hôpital, mais cela ne signifie pas qu’elle est totalement tirée de l’affaire.

Les médecins n’ont pas précisé si elle aura des séquelles.

La mixture était composée de vingt différentes sortes de fruits

« Je pensais que les fruits étaient riches en nutriments et que les injecter dans mon corps ne me ferait aucun mal. Je n’aurais jamais pu imaginer que cela me créerait autant de problèmes », a confié la quinquagénaire au South China Morning Post.

Les médecins ont analysé le jus injecté mélangé avec son sang. Ils ont mis en lumière que celui-ci était composé de vingt différentes sortes de fruits.

Pour Liu Jianxiu, ce cas illustre la nécessité d’inculquer les connaissances médicales de base au public chinois. « Il semble que les connaissances médicales du public soient encore trop limitées. »

Un homme s’est injecté son propre sperme

L’affaire a été largement commentée sur Weibo. Pour en parler, plus de 11000 utilisateurs du site de média social chinois ont utilisé le hashtag #OldWomanPutsJuiceIntoVeins.

Nombre d’entre eux ont également dénoncé le manque d’informations et de connaissances sur la santé dans leur pays.

Toutefois, il convient de noter que les dangers de l’automédication ne concernent pas uniquement les Chinois. En début d’année, un Irlandais âgé de trente-trois ans s’est autoadministré son propre sperme pour soigner son mal de dos. Au Brésil, également, certains bodybuilders s’injectent de l’huile de synthol, un antalgique et antiseptique à usage local et buccal, pour gonfler leurs muscles.

Mots-clés insolite