En Corée, les gros YouTubeurs gagneraient en moyenne 6 800 € par mois

Il y a encore quelques années, personne n’aurait pensé que publier des vidéos sur YouTube pourrait rapporter un paquet d’argent. Aujourd’hui, beaucoup de YouTubeurs arrivent à vivre très confortablement de leurs activités sur la célèbre plateforme de partage vidéo.

Rien que pour vous faire une idée de ce que ça donne, le revenu mensuel des stars YouTube en Corée du Sud, par exemple, avoisinerait les 9 millions de wons par mois, voire plus !

crédits unsplash

En effet d’après les derniers chiffres publiés par le Service national des impôts, les gains des plus gros YouTubeurs sud-coréens auraient dépassé les 9 millions de wons par mois et par YouTubeur lors du deuxième semestre 2019, soit un revenu mensuel de presque 7 000 euros !

Des milliards de wons par an pour les plus populaires

Comme partout ailleurs, YouTube est devenu incontournable en Corée du Sud ! Rien qu’en août 2020, la plateforme comptait en moyenne 4 000 YouTubeurs sud-coréens dont la chaîne comptabilise dans les 100 000 abonnés… et certaines chaînes sont devenues de véritable machine à wons. Selon les estimations de l’industrie, la star YouTube la plus lucrative en Corée du Sud serait Seoeun, une petite fille de 6 ans, dont la chaîne « SeoeunStory » compte 7,51 millions d’abonnées et lui rapporterait en moyenne 8,5 milliards de wons par an (plus de 6 millions d’euros !).

Ce record est suivi de près par « Jane ASMR », une chaîne de critiques de produits alimentaires dont le revenu annuel serait de 5,7 milliards de wons (environ 4 millions d’euros). Les estimations ont également mentionné « Toymong TV », une chaîne de critiques de jouets pour enfants qui rapporterait un peu plus de 4 milliards de wons par an (soit dans les 3 millions d’euros).

Trois fois le salaire d’un travailleur salarié en Corée

Le Service des impôts a indiqué que ces 9 millions de wons mensuels représentaient le triple du revenu d’un salarié sud-coréen qui gagnerait en moyenne 3 millions de wons par mois (soit un peu plus de 2 000 euros). À noter que ce sont les tout premiers chiffres publiés à propos des revenus sur YouTube depuis que la chaîne a été officiellement déclarée par le Service national des impôts en septembre 2019 comme étant une source de revenus imposables.

Avant cela, les YouTubeurs sud-coréens parvenaient à échapper aux impôts, car les revenus publicitaires de leur chaîne étaient directement connectés à leur compte Google dont le siège se trouve aux États-Unis. Les choses sont cependant en train de changer, et le gouvernement sud-coréen est bien décidé à ne rien lâcher de cette nouvelle poule aux œufs d’or !

Mots-clés youtube