En fait, les spermatozoïdes ne nagent pas, du moins pas comme nous le pensions

Des chercheurs ont fait une reconstitution de la façon dont les spermatozoïdes se déplacent pour atteindre l’ovule. Ils ont combiné les mathématiques avec une technologie de microscopie 3D et les résultats remettent en question les connaissances conventionnellement admises sur le sujet.

Rappelons que les spermatozoïdes ont été découverts en 1677, soit environ trois siècles et demi auparavant.

Un ovule en charmante compagnie

Crédits Pixabay

D’après les recherches, le spermatozoïde ne nage pas. Son corps tournerait autour de lui-même en même temps que sa queue et perce le fluide telle une toupie. En outre, sa queue s’agite rapidement, tel un fouet, au moins 20 fois par seconde. C’est similaire au mouvement de précession, comme celle des équinoxes de notre planète.

Cette étude a été effectuée par une équipe de chercheurs du Royaume-Uni et du Mexique. Elle représentait un réel défi, car les spermatozoïdes sont à la fois minuscules et leurs mouvements sont extrêmement rapides.

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Une erreur qui date du 17e siècle

Antonie van Leeuwenhoek a développé le premier microscope, au 17e siècle. Il a su agrandir la vue d’un objet jusqu’à 270 fois en utilisant une goutte de verre fondu soigneusement polie. À l’époque, le concept a été pour voir l’intérieur de nos cellules, tout comme les bactéries et les spermatozoïdes.

« Le spermatozoïde est une molécule animale vivante avec une queue qui, lorsqu’elle nage, se cogne comme les anguilles dans l’eau », avait-il statué.

Ce vieux postulat a été gardé, même après l’avènement du microscope 2D. Jusqu’à présent, les cliniques et les chercheurs pensaient que les spermatozoïdes nageaient et avançaient en remuant leur queue. Or, cette conception est sujette à une illusion de symétrie qui pourrait induire l’évaluation de la qualité du sperme en erreur.

À lire aussi : Les ovules auraient leur mot à dire dans le choix du spermazoïde

Un nouvel espoir de résoudre le problème d’infertilité ?

Pour aboutir à ces résultats, les chercheurs ont utilisé une caméra ultrarapide capable d’enregistrer plus de 55 000 images par seconde. Les images 3D obtenues ont révélé que la queue des spermatozoïdes ne bouge que d’un côté. Ils avancent en suivant une forme de rotation rapide et synchronisée.

Cette découverte n’aurait pas été possible sans le développement des technologies en matière de microscopie, la modélisation mathématique et l’analyse des données. Désormais, les scientifiques sont censés mettre à jour leurs connaissances en la matière et, en l’occurrence, améliorer leurs outils de diagnostic.

Ils pourraient ensuite envisager d’identifier les spermatozoïdes malsains pour enfin, peut-être, résoudre le problème de la fertilité. D’ailleurs, des études ont montré que plus de la moitié des cas d’infertilité sont d’origine masculine.

Mots-clés biologie