En fait, tous les manuscrits de la Mer Morte du Musée de la Bible étaient des faux

Le 22 octobre 2018, le Musée de la Bible à Washington a dû faire face à une terrible nouvelle : Certains des fragments de sa collection des manuscrits de la Mer Morte étaient des faux. A l’époque, c’était des spécialistes allemands de l’Institut fédéral de la recherche et de contrôle des matériaux (BAM) qui en avaient fait la découverte.

Bien sûr, les responsables du Musée ont rapidement informé le public de ces faux fragments et les ont retirés de ses expositions. Toutefois, presque deux ans après ce fâcheux événement, Cnet nous apprend que le Musée de la Bible a fait appel à des spécialistes de la contrefaçon, Art Fraud Insights, pour enquêter sur le reste de sa collection.

Un manuscrit ancien

Crédits Pixabay

Et les résultats ont montré que sur les 16 fragments de manuscrits de la mer Morte détenus par le Musée, aucun n’était un original.

Aucun des manuscrits présents dans le musée n’était un original

La fondatrice d’Art Fraud Insights, Colette Loll, a déclaré dans un communiqué paru le vendredi 13 mars 2020 qu’ :

Après un examen exhaustif de tous les résultats de l’imagerie et de l’analyse scientifique, il est évident qu’aucun des fragments textuels de la collection de manuscrits de la Mer Morte du Musée de la Bible n’est authentique. En outre, chacun présente des caractéristiques qui suggèrent qu’il s’agit de contrefaçons délibérées créées au XXème siècle dans le but d’imiter les fragments authentiques des manuscrits de la Mer Morte.

Dans un rapport détaillé publié sur son site Web, les spécialistes indiquent que la plupart des fragments semblaient avoir été écrits sur des morceaux de cuir ancien recouverts de colle de peau d’animal qui les aidaient à correspondre à l’apparence des morceaux de volutes authentiques.

Le Musée de la Bible compte-t-il enquêter sur l’auteur de ces contrefaçons ?

Pour rappel, les manuscrits de la Mer Morte ont été découverts pour la première fois dans les années 40, cachés dans des grottes près de Jérusalem. Ces artefacts seraient vieux de 2.000 ans et représenteraient certains des manuscrits les plus anciens connus de la Bible hébraïque. D’ailleurs, le rapport ne met pas en doute l’authenticité des manuscrits de la Mer Morte hébergés au Sanctuaire du Livre, à Jérusalem. Cette collection serait composée des premiers manuscrits découverts en 1947.

Mais qu’en pense le Musée de la Bible, diriez-vous ? Eh bien, l’établissement compte organiser une conférence sur la découverte des faux dans les prochains jours et annoncera son intention de reconsidérer son exposition actuelle des manuscrits de la Mer Morte. Quoiqu’il en soit, le conservateur du Musée de la Bible, Jeffrey Kloha, a déclaré que :

Les méthodes sophistiquées et coûteuses utilisées pour découvrir la vérité sur notre collection pourraient être utilisées pour faire la lumière sur d’autres fragments suspects et peut-être même être efficaces pour découvrir le responsable de ces contrefaçons.