En France, les buralistes sont prêts à vendre du cannabis

Le président de la fédération des buralistes en France, Philippe Coy, a déclaré la semaine dernière être prêt à vendre de la marijuana si cela venait à devenir légal. Le buraliste de 48 ans a ajouté qu’il veut avoir l’entière exclusivité de la vente afin de couvrir la diminution des ventes de cigarettes.

Étant donné que la vente des cigarettes est actuellement en chute libre en France et que les buralistes eux-mêmes sont sur ce marché, la légalisation du cannabis serait pour eux une opportunité à saisir pour rehausser leurs ventes et renouer avec les bénéfices.

Machine weed

Cette requête des buralistes est apparue suite à l’apparition ponctuelle de « coffee shops », des lieux où l’on vend des produits à base de cannabis light ou CBD. Plusieurs de ces établissements ont cependant été mis en examen par la suite pour détention de stupéfiants.

Pour faire entendre sa requête, Philippe Coy a même proposé au ministère de la Santé de devenir le premier réseau de vente du cannabis s’il est finalement autorisé dans l’Hexagone.

Des commerçants responsables

Avant que la mise en examen de plusieurs coffee shops ne défraie la chronique, les buralistes ont eux aussi vendu des e-liquides de cigarettes électroniques à base de CBD. À cette époque, l’activité paraissait légale, le marché des buralistes était alors florissant.

Depuis la déclaration du Mildeca de juin, les buralistes ont cependant été obligés de cesser la vente de ces e-liquides.

Une manière pour Phillice Coy d’affirmer que ses collègues sont responsables. Cela dit, certains buralistes commercialisent encore ce produit, dit « interdit », malgré les recommandations de leur président. Toutefois, sur les 25000 établissements qu’il représente, il ne peut garder un œil sur tous ces confrères.

Un moyen pour compenser la diminution des ventes de cigarettes

L’année dernière, la vente de tabac en France a diminué de 1,48 % en volume selon Logista France, le premier fournisseur des buralistes après l’entrée en vigueur des paquets neutres.

La légalisation du CBD voire même du cannabis serait donc une opportunité pour les buralistes de remonter un peu la pente.

Selon les dires de Philippe Coy, les buralistes recherchent actuellement un plan de transformation. Pour le moment, l’un des moyens envisagés pour compenser les pertes liées à cause de la chute des ventes du tabac est donc la vente de produits dérivés du cannabis.