En Indonésie, les autorités ont forcé 8 personnes anti-masques à creuser des tombes pour les victime du Covid-19

L’Indonésie ne plaisante pas en matière de sécurité, encore moins en ces temps de pandémie. Les autorités locales ont ainsi forcé 8 personnes anti-masques à creuser des tombes pour les victimes du Covid-19.

Cela ne vous aura sans doute pas échappé, mais les masques sont très loin de faire l’unanimité parmi la population. Réclamés à cor et à cri lors du confinement, ils sont désormais honnis par de nombreuses personnes.

Une tombe sur une colline

Crédits Pixabay

Une tendance dangereuse par les temps qui courent. Le masque fait partie des outils qui peuvent aider à freiner la propagation du virus, un virus qui a provoqué la mort de plus de 900 000 personnes à travers le monde, dont plus de trente mille en France.

L’Indonésie a une idée pour pousser les anti-masques à réviser leur jugement

La fronde anti-masque ne se limite évidemment pas à la France, à l’Europe ou même aux États-Unis. En Asie, beaucoup s’opposent aussi à son port, et ce alors même que le masque est un peu plus répandu là-bas.

En Indonésie, par exemple, il existe encore de nombreuses personnes qui refusent de le porter lorsqu’ils sortent chez eux.

Face à la situation, le gouvernement indonésien a riposté en mettant en place des lois strictes. Les contrevenants s’exposent ainsi désormais à des amendes… ou à des travaux d’intérêt général.

À lire aussi : Une enseignante est décédée devant ses étudiants lors d’une classe virtuelle à cause du Covid-19

8 personnes condamnées à creuser des tombes

Or justement, le chef du district en charge de la gestion de la régence de Gresik a condamné huit personnes anti-masque à creuser des tombes pour les victimes du Covid-19. Une décision qui s’est imposée d’elle-même selon son témoignage. Interrogé par le Tribun News, l’homme a en effet expliqué que son district n’a que trois fossoyeurs disponibles en ce moment.

Un nombre malheureusement insuffisant au vu de la situation actuelle.

En conséquence, lorsqu’il a appris que ces huit personnes refusaient de porter un masque, il a eu l’idée de les affecter en soutien aux fossoyeurs du district :

“Il n’y a que trois fossoyeurs de disponibles pour le moment, alors j’ai pensé que je pourrais aussi bien faire travailler ces personnes pour eux. J’espère que cela créera un effet dissuasif contre les violations des lois en vigueur.”

Pendant plusieurs heures, ces huit personnes ont donc creusé des tombes, sans pour autant être contraintes de participer aux services funéraires qui ont suivi.

À lire aussi : Covid-19, 7 lignées identifiées au Nigéria

Le virus est toujours là

L’Indonésie, comme le reste du monde, est durement touchée par la pandémie. D’après les chiffres officiels, le nombre de cas a littéralement explosé ces dernières semaines et la barre des 3 000 cas détectés chaque jour a ainsi été franchie au début du mois de septembre. La situation n’est pas plus mirobolante du côté des décès, puisque plus de 100 Indonésiens meurent chaque jour du Covid-19.

La France n’est d’ailleurs pas si éloignée. Le nombre de décès tourne en effet autour des 50 chaque jour. La situation est encore pire aux États-Unis, qui enregistrent en moyenne 1 000 décès chaque jour et qui s’approchent de la barre des 200 000 décès.

Histoire de mettre ce chiffre en perspective, il peut être utile de rappeler qu’une ville comme Limoges comptait seulement 133 000 habitants en 2015.

À lire aussi : Covid-19, la vaccin russe ne fait pas l’unanimité chez les scientifiques