En Indonésie, les statues de sirènes d’un parc à thème n’ont plus le droit de montrer leurs seins

L’Indonésie fait la une des médias depuis la fin de la semaine dernière en raison d’une décision très controversée. Le gérant d’un parc à thème a en effet décidé de recouvrir les seins nus de deux de ses statues pour se conformer à ce qu’il appelle “les valeurs orientales”.

Ancol Dreamland, le parc à thème en question, est en réalité une section appartenant à Ancol Bay City, un complexe de loisirs situé dans le désa d’Ancol et le long du secteur riverain de Jakarta.

Facepalm

Crédits Pixabay

Très populaire, le parc a été créé au milieu des années 60 et il est à l’heure actuelle la plus grande zone touristique de l’Asie du Sud Est.

Cachez-moi ces seins que je ne saurais voir

Tout comme notre Disneyland national, le parc comporte plusieurs univers très différents les uns des autres. L’un d’entre eux se focalise sur le mythe de l’Atlantide et il comporte plusieurs attractions basées sur l’eau, comme des piscines ou des rivières artificielles.

Un autre traite pour sa part du monde marin, avec des spectacles d’animaux et une salle de cinéma 4-D, et on trouve aussi une section entièrement consacrée à la fantasy.

Ancol Dreamland a acquis une forte popularité au fil des années et le parc attire ainsi chaque année plus de 2,5 millions de visiteurs. Ce qui fait de lui l’un des parcs les plus touristiques au monde.

En plus des attractions installées dans ses différentes sections, Ancol Dreamland compte de nombreuses sculptures mettant en scène des animaux ou créatures fantastiques. Deux d’entre elles présentaient des sirènes étendues sur des rochers, dans leur plus simple appareil.

Une décision motivée par une nouvelle stratégie mise en place par le gérant du parc ?

Et ce sont précisément ces sculptures qui posent problème puisque le gérant du parc a pris la décision la semaine dernière de recouvrir leur poitrine.

D’après la BBC, cette décision n’a pas été motivée par des pressions externes et le porte-parole du parc a ainsi insisté sur le fait qu’il s’agissait d’un choix de la direction. D’après lui, le gérant du parc souhaiterait en effet donner une dimension plus familiale au parc et c’est ce qui l’aurait poussé à couvrir ces deux sculptures.

Dolorosa Sinaga, le créateur des sirènes, ne voit cependant pas les choses de la même manière et il a ainsi déclaré que le parc avait tout simplement nié la beauté de son art en procédant de la sorte.

De leur côté, les visiteurs semblent assez surpris. Il faut dire aussi que les sculptures ont été recouvertes avec des pièces en plastique jaune assez voyante et qu’elles étaient présentes au sein du parc depuis pas moins de quinze années.

Mots-clés insolite