En Indonésie, un village a banni le WiFi à cause du porno

L’Indonésie n’apprécie pas particulièrement l’industrie du divertissement pour adultes. Non content d’imposer des filtres bloquants aux fournisseurs d’accès du pays, le gouvernement applique également une politique de tolérance zéro pour les contenus amateurs.

En 2011, Nazril “Ariel” Irham, une star de la chanson locale, a ainsi été condamné à trois ans et demi de prison ferme après avoir diffusé sur le web ses sextapes personnelles.

Les 3 Sex

Deux des femmes présentent dans ces vidéos avaient également dû se livrer à une séance d’auto-flagellation en public pour demander ensuite pardon au gouvernement… et au peuple indonésien.

L’Indonie et le porno, un mélange détonnant

Depuis, pas mal d’eau a coulé sous les ponts, mais l’Indonésie n’a pas changé sa politique et c’est précisément ce que prouve cette nouvelle histoire.

Banda Aceh est une ville importante située dans la province de Nanggroe Aceh Darussalam, une ville située au niveau de la pointe nord de Sumatra, l’île située la plus à l’ouest du territoire. Lors du dernier recensement, un recensement effectué en 2010, la cité comptait plus de 220 000 habitants.

La ville possède aussi plusieurs villages dans sa banlieue proche et Curee Baroh est l’un d’entre eux.

Relativement calme, le village en question s’est retrouvé sous les feux des projecteurs en début de semaine après avoir ordonné à une demi-douzaine de cafés locaux de couper définitivement leur service WiFi.

Selon les autorités, ces services représentent en effet un véritable danger pour la moralité des enfants.

Le WiFi public, un danger pour la moralité des plus jeunes ?

D’après Helmiadi Mukhtaruddin, le chef du village, ces derniers avaient pour habitude de réciter le Coran après les prières du soir, mais tout a changé avec la mise en place de ces hotspots WiFi. L’homme affirme en effet que plusieurs enfants et adolescents ont été pris en train de regarder des contenues pornographiques sur Internet au lieu de prier.

En conséquence, les cafés et autres commerces présents dans le village de neuf cents habitants n’auront désormais plus le droit de proposer un accès WiFi à leurs clients.

Selon l’AFP, Curee Baroh est connu pour sa politique traditionnaliste, de même pour toute la région. Le district de Bireun a effectivement fait la une plus tôt dans l’année en interdisant aux hommes et aux femmes de dîner ensemble… même en étant mariés ou parents.