En Italie aussi on a installé des miroirs pour imiter le soleil

Dans un récent article, nous avons évoqué l’une des particularités de la ville de Rjukan, située à 3 heures au nord-ouest d’Oslo, en Norvège.

Ne bénéficiant pas de la lumière du soleil durant presque la moitié de l’année, la municipalité a pris l’initiative d’installer des miroirs solaires pour rediriger les rayons de l’étoile vers les places publiques en 2013. Pourtant, il ne s’agit pas d’une première. En 2006, une ville italienne a déjà opté pour le même concept.

Crédits Pixabay

Depuis novembre 2006, un miroir géant de 8 mètres de large sur 5 mètres de haut s’élève au-dessus d’une montagne de Viganella, une commune de la province du Verbano-Cusio-Ossola, dans la région Piémont, en Italie. Située dans une vallée entourée de hautes montagnes, la ville n’est pas exposée à la lumière naturelle du soleil durant 83 jours de l’année, de la mi-novembre à fin janvier.

C’était Pierfranco Midali, le maire de la ville de l’époque, qui a eu l’idée. La concrétisation du projet a été dirigée par Giacomo Bonzani, un architecte spécialisé en « œuvres solaires ».

Un éclairage à moindre coût

Le miroir géant est constitué de 14 plaques d’acier. Sa superficie est de quarante mètres carrés. Il suit le mouvement du soleil en fonctionnant comme un héliostat. Il reflète la lumière sur la place centrale du village. Située à 874 m de la face montagneuse, celle-ci mesure 250 m2. En 2006, la commune comptait environ deux-cents habitants.

L’instrument a été installé sur un sur un support en béton à 1.100 m d’altitude, soit à 500 m au-dessus de la cité.

La construction du miroir a couté 100 000 euros à la municipalité, soit approximativement 540 euros par habitant.

Le concept pourrait être utilisé pour éclairer les recoins des grandes villes

Ce concept a intrigué de nombreux urbanistes du monde entier. En effet, ce type d’installation solaire pourrait être utilisé pour illuminer les endroits non ensoleillés des villes. Il pourrait, par exemple, servir dans l’éclairage les cours d’immeuble enfermées entre de hautes constructions dans les centres-villes.

Le village était fondé par une communauté de mineurs. La zone est riche en fer et en charbon. Outre le miroir géant, il abrite d’autres monuments. Il s’agit notamment de l’Église paroissiale dédiée à Marie, édifiée en 1614 ; de la « Casa Vanni », ancienne propriété d’un peintre et sculpteur local ; et de la tour médiévale de la Valle Antrona.

Merci à BeKool pour l’idée de sujet.