En Italie, Carrefour a licencié 52 salariés… sur WhatsApp

Tout le monde sait que le licenciement est une question assez délicate à aborder. Autant pour celui qui licencie que pour celui qui est en passe de perdre son travail. Néanmoins, certaines personnes ne voient pas les choses de cet œil, c’est notamment le cas du directeur de magasin Carrefour, situé dans la province de Crotone en Italie.

En termes de licenciement, ce dernier a des manières de faire peu orthodoxe. Au lieu de prendre des pincettes avec ses employés, le directeur de ce magasin Carrefour a décidé de virer non pas un, mais 52 de ses salariés en leur envoyant un simple message sur WhatsApp.

Crédits Pixabay

D’après le média italien Il Gazzetino, ce directeur aurait pris la décision de licencier ses employés un jour après que le magasin Carrefour ait fermé à cause d’une absence d’électricité et d’approvisionnement.

Des méthodes condamnables

Comme on aurait pu s’en douter, le mode de licenciement pour lequel a opté ce directeur de magasin a été fortement critiqué par l’opinion publique. Les syndicats italiens sont montés au créneau en indiquant que ce dernier n’avait même pas jugé utile de rencontrer ses employés après leur licenciement.

Le maire de Crotone est également intervenu auprès des responsables. « J’ai immédiatement appelé les chefs de groupe auprès du conseil municipal pour qu’ils prennent des mesures pour soutenir les travailleurs. J’espère entendre également les syndicats et le propriétaire pour éviter un nouveau coup porté à l’économie de ce territoire. »

Le groupe Carrefour Italie se dédouane

Conscient que cette affaire risque d’avoir des répercussions sur son image, le groupe Carrefour Italie n’a pas perdu de temps pour se dédouaner et jeter tout le blâme sur ce directeur de magasin en faisant une annonce officielle.

« La société se dissocie fermement de la manière dont cette décision, qui a un impact négatif sur toute une communauté, a été gérée et communiquée. Ces modalités sont profondément contraires aux principes éthiques qui distinguent notre groupe en Italie », a indiqué l’entreprise. Le groupe a ensuite déclaré qu’il était prêt à prendre « toutes les mesures nécessaires pour protéger et respecter ses procédures et son mode de fonctionnement ».

Le groupe Carrefour attend actuellement que le directeur de ce magasin à l’origine de ce licenciement via WhatsApp réponde de ses actes.

Mots-clés whatsapp