En Russie, découverte d’une chambre des tortures

Des journalistes russes ont fait une horrible découverte dans une ancienne prison abandonnée qui se trouve près de Saint-Pétersbourg. Sur 47news, des images ont montré la présence de cellules souterraines dont la configuration a été recréée à partir de celle de l’ancienne prison de Kresty, à Saint-Pétersbourg.

Le bâtiment où se trouvent les trois cellules était en partie inondé et délabré. Chaque cellule était composée d’un lit superposé métallique, d’un lavabo, d’une cuvette de toilettes, de gamelles ainsi que d’une porte en acier. Sur les portes, on pouvait voir des décorations montrant un loup, une araignée, une femme derrière des barreaux ainsi qu’un crâne. Il y avait aussi l’inscription « Black Hand » sur les portes, et le tout est probablement une allusion à la mafia italienne.

Une cellule de prison
Crédits Pixabay

Selon les informations, ce seraient des migrants qui auraient mis au courant 47news par rapport à l’existence de l’installation.

A lire aussi : Des prisons américaines vont tester un bracelet anti-suicide

Un four pour brûler des humains ?

A part les cellules, la prison contenait également un four d’assez grande taille, assez grand pour y mettre une personne. On y a d’ailleurs découvert des restes biologiques. On ignore cependant s’ils proviennent d’un être humain ou non.

Au niveau de l’entrée de la prison, un panneau indiquait le mot « Copenhague ». Les journalistes ont remarqué que le système de sécurité de la prison était assez complexe. Plusieurs prises électriques se trouvaient dans une des pièces, et même au niveau du plafond. Cela pourrait indiquer que l’on y torturait des humains.

A qui appartenait la prison privée ?

Selon les informations, la propriété, qui se trouve dans le village de Novy Petersburg, aurait appartenu à un ancien directeur de prison. Ce dernier l’aurait réaménagée en 2010 pour une somme de 460 000 francs pour la transformer en cachot de torture. Depuis sa mort en 2018, la propriété est passée entre les mains d’un concessionnaire automobile. 

Sergueï Kanev, journaliste d’investigation, pense que la prison appartenait à un puissant réseau mafieux. « Nous ne pouvons que deviner qui y a été retenu prisonnier et brûlé vif », a-t-il déclaré.

D’après le journaliste, une prison similaire avait déjà été découverte auparavant non loin de Moscou. Elle renfermait des matériels de torture tels qu’une table spéciale en fer pour menotter et torturer les prisonniers. Une queue de billard était par exemple utilisée sur des hommes.

Suite à la découverte, les autorités ont bloqué l’entrée de l’enceinte avec un bulldozer. A l’heure actuelle, des enquêteurs russes essaient de découvrir ce qui s’est réellement passé dans cette prison privée.