En Russie, un site web vous propose d’acheter les droits d’auteur de centaines de publications scientifiques

On peut dire que dans le milieu scientifique, c’est un fait assez extraordinaire. Comme on le sait, le chemin est long dans toute démarche visant la production de connaissances, ce qui pourrait inciter certains à choisir la voie de la facilité et se ménager quelques raccourcis.

Certains diront que c’est une manne qu’il faut exploiter (et c’est le cas si on est un scientifique peu scrupuleux), d’autres argueront que l’on vit désormais dans un monde où l’honnêteté intellectuelle et la probité ne sont plus que des termes désuets.

Crédits Pixabay

Quoi qu’il en soit, sachez qu’en Russie, il existe un site internet qui vous propose d’acheter les droits d’auteur d’articles de recherche destinés à être publiés dans des revues scientifiques.

Plus de 300 articles prêts à l’emploi

D’après les investigations menées par le groupe Web of Science Clarivate Analytics et relayées par Science Chronicle et retractationwatch.com, des articles scientifiques sont proposés à la vente en vue de publications dans des revues scientifiques, via le site web russe 123mi.ru.

Et selon phys.org, un groupe qui se nomme International Publisher se trouverait derrière ce modèle d’affaires.

C’est carrément le droit d’auteur de ces articles qui est donc monnayé. Le site affirmant par ailleurs que ces articles ont déjà été approuvés pour une publication. Malgré tout, ni les auteurs originaux ni les revues qui ont accepté de les publier ne sont mentionnés.

Selon les sources, une liste est d’ailleurs disponible sur le site russe, présentant 344 articles scientifiques prêts à l’emploi, c’est à dire en attente d’un ou de plusieurs acheteurs qui pourront associer leurs noms à la publication. Les parties intéressées pourraient alors choisir entre plusieurs catégories de droit d’auteur, moyennant finance.

10.000 chercheurs ont payé pour être les auteurs de travaux de recherche

Selon Science Chronicle, sur les 344 articles en attente d’un acheteur, des dizaines d’articles doivent être publiés dans des revues qui paraissent aux États-Unis (48), en Russie (33), en Inde (54) ou encore au Pakistan (28). Bien entendu, les revues ne sont pas mentionnées en source.

Cependant, selon retractationwatch.com, des preuves de ces ventes de droits d’auteur existent bien. Ainsi, 10.000 chercheurs ont profité de ces raccourcis pour mettre leurs noms sur plus de 2000 articles scientifiques publiés, sans qu’ils aient eu à mener ces recherches.

Pour ce qui est du fonctionnement de l’arnaque, des rajouts de nom d’auteur, suite à l’acceptation de la publication, sont pointés du doigts. Toutefois, les investigations continuent pour mettre en lumière le mécanisme de cette machination.

Mots-clés insolite