En Russie, une entreprise veut congeler ses clients avant leur mort

Une firme russe songe à geler des patients bien avant qu’ils ne décèdent. KrioRus, l’entreprise en question, est assez connue pour ses pratiques peu orthodoxes, notamment la cryogénisation. Cryogéniser ses clients afin de les ressusciter plusieurs années après semble jusque là inaccessible, enfin, pas pour la marque russe.

Déterminée à réaliser l’aventure, la firme recherche des fonds pour son tout nouveau « cryocentrum ». Il s’agit d’un laboratoire implanté en Suisse où des personnes seront « conservées » à très basse température et plus précisément à moins 196°C. Selon les éléments de Het Laatste Nieuws, ces personnes seront des êtres humains encore vivants.

Glace

La Suisse a été choisie afin de contourner la loi sur l’euthanasie où c’est tout à fait légale. Elle ne considère ni l’euthanasie, ni la cryogénisation comme un meurtre.

Comment ça marche ?

Deux minutes juste après la mort du patient, des produits chimiques sont injectés dans son corps. L’objectif de cela est d’éviter que des caillots sanguins se forment. Ensuite, le corps doit atteindre les 0 degré afin que le sang puisse être substitué par une substance permettant de protéger et conserver les organes.

Le corps reçoit une tout autre solution prévenant la formation des cristaux au niveau des organes. Le défunt est, par la suite, congelé à moins 130 degrés et installé dans une sorte de boîte. Le corps est alors immergé dans un réservoir rempli d’azote liquide dans lequel la température va jusqu’à moins 196 degrés Celsius. Le tout est maintenu à des températures très basses dans l’espoir d’une éventuelle résurrection.

Déjà une cinquantaine de personnes congelées

KrioRus n’en est sûrement pas à sa première tentative. L’entreprise a déjà effectué des expériences sur 54 corps et cerveaux humains. Ses équipes ont déjà essayé de ramener à la vie une vingtaine d’animaux via la cryogénisation. Les corps inanimés et gelés sont conservés dans un hangar localisé à quelques dizaines de kilomètres de Moscou.

La Russie n’est pas le seul pays où un centre médical s’applique à tester la fiabilité des théories de la cryonie. Récemment, une femme âgée de 49 ans a fait l’objet d’une cryogénisation en Chine. Elle se prénommait Zhan Wenlian et avait succombé à un cancer du poumon.

Le procédé a été assuré à Jinan par l’entreprise Yinfeng Biological Group en collaboration avec Alcor Life Extension Foundation et l’université Shandong.

Mots-clés insolite