En Seine-et-Marne, un homme s’est filmé en train de battre son chiot sur Snapchat

L’indignation est générale quand un homme fait une publication vidéo sur Snapchat qui le met en scène en train de violenter un pauvre petit chiot. Ces images scandalisantes ont été postées à seulement quelques jours d’intervalle d’une autre vidéo de maltraitance d’animaux qui a abouti à la mort d’un petit chien.

Le plus choquant concernant la vidéo, c’est que le propriétaire semble content et particulièrement satisfait de ce qu’il inflige à l’animal.

Il semble même heureux de faire subir un tel traitement afin de punir un chiot de seulement quatre mois.

Il a même ajouté comme légende à sa publication : « Quand tu fais des bêtises, voici la sanction. L’éducation noire. » De nombreuses pétitions sur l’arrêt de tels actes de cruauté ont été lancées sur le net.

De la méchanceté pure

Dans la vidéo, le chiot est suspendu par la peau du cou et frappé avec une ceinture plusieurs fois. Visiblement fier de son acte, le propriétaire de l’animal a diffusé la vidéo sur Snapchat.

Alertée, la Fondation Assistance aux Animaux s’en est plaint, dénonçant « un acte de cruauté » et a fourni à la police les informations qu’elle a pu trouver sur l’homme qui avait donné les coups.

Grâce à cela et à sa propre enquête, la police a pu retrouver la maison du propriétaire et a saisi le petit chiot. « Naya, American Staffordshire, quatre mois, est maintenant dans notre refuge à Villevaudé, Seine-et-Marne. » explique Anne-Claire Chauvancy de la fondation. « Elle porte toujours les marques des coups et est extrêmement craintive », a-t-elle ajouté ; décrivant un animal qui « s’aplatit au moindre bruit. »

L’issue de l’histoire

Fort heureusement, il existe encore une justice en ce bas monde et le vil propriétaire de Naya sera puni par la loi. Suite à la plainte déposée par la Fondation d’Assistance aux Animaux, l’homme devra désormais faire face à la police.

À l’issue de l’enquête et du procès que devrait en suivre, l’homme devrait être pénalement sanctionné de ses actes.

Il risque notamment de recevoir une peine de deux ans de prison en plus d’une lourde amende d’une valeur de 30 000 €. Selon les dernières informations fournies par la fondation, la petite chienne semble se remettre de ses blessures bien qu’elle reste encore craintive.

Mots-clés snapchatweb