Encelade abriterait bien de la glace au niveau de son hémisphère nord

Le 15 octobre 1997, la sonde Cassini quittait le Cap Canaveral, en Floride, pour explorer l’espace. En 2004, elle s’est approchée du système de Saturne pour étudier de plus près cette planète aux anneaux étranges. Après 13 ans de bons et loyaux services, Cassini a rendu l’âme et s’est écrasée de façon spectaculaire sur Saturne en 2017.

Cette sonde a laissé derrière elle des données inestimables qui continuent de faire l’objet d’études approfondies. Trois ans après la destruction de Cassini, les astronomes de la NASA ont rapporté la présence de glace fraîche au niveau de l’hémisphère nord de Saturne.

Le drôle de nuage hexagonal de la planète Saturne

Crédits Pixabay

Cette découverte a pu se faire grâce à l’analyse des données enregistrées par Cassini au cours des 13 années qu’elle a passé autour de Saturne.

De la glace qui est encore « jeune »

Grâce au Visible and Infrared Mapping Spectrometer (VIMS), la sonde Cassini a pu capturer la lumière réfléchie par Saturne, ses anneaux et ses 10 lunes glacées. Ce n’est qu’après avoir eu recours à une technique de correction photométrique que les chercheurs de la NASA ont pu détecter la présence de glace fraîche au niveau de l’hémisphère nord de Saturne.

L’étude de ces données a également permis de confirmer l’existence du même type de glace sur l’hémisphère sud de cette lune.

« L’infrarouge nous montre que la surface du pôle Sud est jeune. Ce n’est pas une surprise dans la mesure où nous connaissions déjà les jets qui y projettent des matières glacées » a déclaré Gabriel Tobie, chercheur à l’Université de Nantes, en France, et coauteur de l’étude.

À lire aussi : On sait d’où viennent les lignes parcourant la surface d’Encélade

Une formation qui s’est faite en profondeur?

Ce qui intéresse le plus les scientifiques à l’heure actuelle, c’est la présence de cette glace dans l’hémisphère nord. Selon eux, elle présenterait de nombreuses similarités avec celle trouvée dans l’hémisphère sud.

« Grâce à ces yeux infrarouges, nous pouvons dire qu’une grande partie de l’hémisphère nord semble également jeune et qu’elle était probablement active il n’y a pas si longtemps. »

Les chercheurs tentent actuellement de déterminer l’origine exacte de cette glace dans l’hémisphère nord. Une première hypothèse suggère qu’elle proviendrait de l’océan souterrain d’Encelade. Ce liquide s’échapperait à la surface par des fractures situées au niveau de la croûte de la planète.

Cette nouvelle étude a été publiée dans la revue Icarus.

À lire aussi : L’océan d’Encalade serait plus complexe que prévu

Mots-clés encelade