Encélade aurait des océans proches de ceux de la Terre mais ils sont bien cachés

Encelade, l’une des lunes de Saturne, n’a pas encore dévoilé tous ses secrets. La première image nette de ce corps céleste a été capturée en 1981 par la sonde Voyager 2. Elle avait alors permis d’avoir un aperçu de cette lune de 500 km de diamètre qui est recouverte d’une couche de glace.

En 2010, la sonde Cassini a fait une découverte intéressante sur Encelade. Elle y a révélé l’existence de jets de vapeur qui s’échappent des fissures se trouvant la croûte glacée de cette lune. Pour les chercheurs, cela signifie qu’Encelade n’est pas entièrement faite de glace, mais qu’elle contient également un océan.

Crédits Pixabay

Une équipe d’experts dirigée par la géophysicienne Ana Lobo, de Caltech, a suggéré que les océans d’Encelade avaient des courants similaires à ceux de la Terre. Cependant, pour les étudier, c’est une toute autre histoire.

Une étude qui se base sur la répartition de la glace

Les océans qui se trouvent sur Encelade sont différents de ceux que la Terre abrite à certains égards. Par exemple, les océans de notre planète ont une profondeur de 3,7 km. Ceux d’Encelade peuvent aller jusqu’à 30 km de profondeur et être recouverts d’une couche de glace de 20 km d’épaisseur.

Comme vous pouvez vous en douter, il est difficile de savoir ce qui se passe réellement dans ces océans. Par chance, il existe un moyen d’en apprendre un plus en étudiant la glace qui les recouvre. Pour commencer, on sait que la couche de glace est plus fine aux pôles qu’à l’équateur. D’après les chercheurs, cela veut dire que la fonte de glace est plus importante au niveau des pôles. Pour sa part, l’équateur aurait un niveau de gel plus élevé.

Un modèle informatique d’Encelade

Les experts ont déclaré que l’océan est plus salé, là où la glace est épaisse. Lorsque l’eau gèle, le sel est en effet libéré dans l’océan. Cela alourdit l’eau qui se trouve sous la couche de glace. Elle finit alors par couler en profondeur. L’inverse se produit dans les régions où la glace fond.

« La connaissance de la répartition de la glace nous permet ainsi d’imposer des contraintes sur les schémas de circulation. Notre modèle informatique suggère que les régions de gel et de fonte, identifiées par la structure de la glace, seraient reliées par des courants océaniques. Cela créerait une circulation du pôle à l’équateur qui influence la distribution de la chaleur et des nutriments. »

Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Nature Geoscience.

Mots-clés encélade