Encélade : le mystère de la lune de Saturne enfin élucidé ?

La mission Cassini-Huygens ambitionnait d’atteindre et d’étudier Saturne et ses lunes. C’est désormais chose faite. La NASA, l’ESA et l’ASI (Agence spatiale italienne) ont travaillé conjointement depuis 1997 pour mettre en orbite la sonde Cassini. Le premier objectif a été atteint en 2004. L’aboutissement du deuxième objectif avait eu lieu en septembre dernier. Cassini a émis ses dernières communications avant de disparaître dans l’atmosphère de Saturne.

Au cours de sa mission, la sonde a pu enregistrer d’innombrables mesures et scans. Ces données ont permis de connaître davantage Saturne et ses satellites. L’une des lunes, Encelade, a particulièrement attiré l’attention des chercheurs. Dernièrement, ces derniers ont découvert l’existence d’un océan chaud sous sa surface du corps céleste.

Encelade

Encelade pourrait potentiellement abriter la vie.

La mission Cassini-Huygens a donc été couronnée de succès, car elle a largement contribué à une meilleure compréhension de la lune de Saturne.

Une lune en activité

D’après les chercheurs, la couche de glace située sur l’équateur d’Encelade est évaluée à trente-cinq kilomètres. Elle y serait plus épaisse qu’aux extrémités polaires. La couche est estimée à trois à dix kilomètres de profondeur aux pôles. La zone sud est particulièrement mince puisque des expulsions d’eau chaude, de gaz et de particules vers l’espace y ont été remarquées. Ressemblant aux geysers sur terre, le phénomène est appelé hotspot.

La provenance de la chaleur sous Encelade est une des questions prépondérantes dans cette affaire. Ce satellite est suffisamment chaud pour faire jaillir de l’eau depuis ses entrailles jusqu’à ces hotspots. D’ailleurs, les scientifiques estiment que sans cette température élevée dans son noyau, l’océan souterrain gèlerait au bout de trente millions d’années.

En outre, il a été rapporté que l’intérieur d’Encelade est continuellement en mouvement.

Un noyau perméable

Parallèlement, des recherches sur le même sujet ont été effectuées à l’Université de Nantes (France). L’un des scientifiques, le docteur Postberg, a avancé l’hypothèse qu’Encelade possèderait un noyau perméable sous son océan. De cette manière, l’eau s’infiltre profondément dans la roche supposée poreuse. Elle est tellement saline qu’elle dissout certaines matières qui constituent la roche interne du satellite. Il est à noter que cet océan subit sans interruption la force colossale des marées engendrées par l’influence de Saturne.

Cet ensemble permet une circulation efficace de l’eau dans les profondeurs d’Encelade.

L’eau pénètre si bien les couches de roches que la lune se réchauffe grâce aux frictions occasionnées. Ainsi, la température au centre d’Encelade atteint plus de quatre-vingt-dix degrés Celsius. Ce serait probablement à ce niveau que les jets d’eau chaude des hotspots austraux prennent leur source.