Encélade : son océan est plus complexe que prévu

Encelade, la lune gelée de Saturne, pourrait abriter la vie dans l’océan qui se trouve sous sa surface gelée. C’est ce que révèlent de nouveaux modèles informatiques publiés par le Southwest Research Institute (SWRI) de San Antonio, au Texas.

Ils montrent que la sous-surface océanique d’Encelade semble être plus complexe dynamiquement et potentiellement plus habitable qu’on le pensait.

Une vue d'Encélade à travers les anneaux de Saturne

Crédits Pixabay

L’océan souterrain d’Encelade n’a pas révélé tous ses secrets

Encelade est une minuscule lune gelée d’un diamètre de seulement 505 km qui gravite autour de Saturne. Pourtant depuis des décennies, les astrobiologistes considèrent son océan souterrain comme ayant le potentiel de favoriser l’évolution de la vie microbienne telle que nous la connaissons.

Les nouveaux modèles informatiques ont été créés sur la base des données relevées par le vaisseau spatial Cassini de la NASA, lorsqu’il a traversé l’un des panaches de dégazage d’Encelade en 2015, révélant des fonctionnements internes étonnamment complexes. Ce panache propulsait une combinaison de gaz et de brouillards marins gelés à travers les fissures de la surface glacée de la lune et dans l’espace, explique le SWRI.

En analysant à nouveau les données de spectrométrie de masse de Cassini, les scientifiques ont découvert que l’abondance du dioxyde de carbone du panache s’explique mieux par les réactions géochimiques entre le noyau rocheux de la lune et l’eau liquide de son océan souterrain.

Dans un article publié dans la revue Geophysical Research Letters, l’auteur principal Christopher Glein et le co-auteur Hunter Waite écrivent que leurs résultats soutiennent l’hypothèse d’une structure hétérogène du noyau rocheux d’Encelade qui crée les conditions pour le développement de la vie.

Les ingrédients de la vie sur Encelade ?

En estimant la concentration de dioxyde de carbone dissous dans l’océan souterrain, les auteurs de l’étude ont pu approfondir les processus intérieurs d’Encelade. « En comprenant la composition du panache, nous pouvons apprendre à quoi ressemble l’océan, comment il en est arrivé là et s’il fournit des environnements où la vie telle que nous la connaissons pourrait survivre », a déclaré Glein dans un communiqué.

Le SWRI explique qu’ils ont utilisé deux ensembles de données différents pour dériver des plages de concentration de dioxyde de carbone (CO2). Et ces plages se sont avérées étrangement similaires à ce qu’on attendrait de la dissolution et de la formation de certains mélanges de minéraux contenant du silicium et du carbone dans le fond marin.

Cette combinaison dynamique d’une interface entre un noyau interne complexe et de l’eau de mer dans le sous-sol d’Encelade pourrait potentiellement créer des sources d’énergie qui soutiennent la vie, affirme le SWRI. Des études supplémentaires de la lune glacée de Saturne seront nécessaires pour apporter des preuves supplémentaires de son habitabilité.

Mots-clés encelade