Encore une affaire de revenge porn sur WhatsApp

Le revenge Porn semble alimenter de moins en moins les rubriques d’actualité en Europe grâce aux dispositifs légaux instaurés par les autorités. Ce qui n’est pas encore le cas en Afrique, avec une nouvelle affaire, impliquant WhatsApp, qui a abouti à un emprisonnement de l’auteur.

En Afrique, le revenge porn est un phénomène bien connu de la société. Heureusement que les autorités locales ne négligent pas ce genre de pratique. C’est ainsi que B. Niang a été condamné par le tribunal de Dakar (Sénégal) à deux ans d’emprisonnement, dont un an ferme. En effet, après que sa copine l’ait largué, le jeune homme s’est vengé en postant ses vidéos nues sur WhatsApp.

Le logo de WhatsApp sur fond dégradé
Image par raphaelsilva de Pixabay

C’est ainsi donc qu’à 25 ans, B. Niang va vivre sa première expérience carcérale. Il s’agit pourtant d’une expérience qu’il aurait pu éviter en faisant preuve de retenue.

A lire aussi : 3 dangers à éviter sur WhatsApp

Décourager les prétendants

Le jeune homme n’a pas supporté le fait qu’après 2 années d’idylle, D. Ndiaye a décidé de se séparer de lui. Sa copine s’est soumise à la volonté de sa mère qui voulait un autre homme pour elle. Pour créer un sentiment de dégoût chez les prétendants de son ex, B. Niang a décidé de la dénigrer. La victime a été abasourdie en apprenant par sa sœur que des vidéos d’elles nues ont été postées sur WhatsApp. L’auteur des publications a été placé sous mandat de dépôt en septembre après réception d’une plainte par les autorités.

Le prévenu n’a pas nié les faits lors de sa comparution devant le Tribunal de Grande Instance de Dakar. Il reconnaît avoir pris les vidéos sans en informer la victime. Il a expliqué qu’à chacune de leurs conversations, celle-ci était toujours en tenue d’Ève. Elle a été cependant trahie par une de ses proches qui s’est chargée de publier les vidéos sur les réseaux sociaux pour le compte de B. Niang.

A lire aussi : Comment faire le ménage sur WhatsApp ?

Atteinte à la dignité et à l’honneur

Même si les vidéos avaient été prises à l’insu de la victime, le prévenu soutient qu’il les lui envoyait toujours par la suite. D. Ndiaye nie cependant cette affirmation, soutenant qu’aucune des images ne lui est parvenue. Par ailleurs, selon encore ses dires, son ex-copain lui avait déjà fait savoir qu’il ferait tout son possible pour la dénigrer auprès de ses éventuels futurs prétendants. Et il a réussi puisque l’homme qui voulait épouser son ex s’est désisté suite à l’apparition des vidéos.

L’avocat de la partie civile estime qu’il y a eu atteinte à la dignité et à l’honneur de sa cliente. Il a ainsi demandé un dédommagement à hauteur de 5 millions de FCFA. Le maître des poursuites, lui, a prescrit deux ans de réclusion, dont 6 mois ferme. Malgré une demande de clémence formulée par son avocat, l’auteur de l’infraction n’a pas pu éviter un emprisonnement de 2 ans, dont un an ferme, et le versement d’un million de FCFA à titre de dommages et intérêts.

Mots-clés whatsapp