Encore une grosse boulette pour Pornhub

Pornhub se trouve dans une situation particulièrement inconfortable depuis l’année dernière, suite aux révélations du Times. Révélations qui ont contraint l’entreprise à se débarrasser d’une bonne partie de son catalogue et à présenter ses excuses à l’ensemble de la communauté.

Depuis, cette dernière a bien entendu tout fait pour retrouver les bonnes grâces du public, sans pour autant y parvenir. Pire encore, elle a même été mêlée à de nouvelles polémiques, notamment en se mettant à dos plusieurs grands musées de renom comme le Louvre.

Un homme se tenant le visage dans les mains
Image par Ajju prasetyo de Pixabay

Et il faut croire que la situation n’est pas près de s’arranger puisqu’un ancien podcast vient de réapparaître sur la toile. Un podcast qui ne plaide pas franchement en faveur de Pornhub.

Nouvelle polémique pour Pornhub

Ce podcast n’est pas récent. Il a en effet été enregistré en 2012, à une époque où Pornhub n’avait pas encore fait face à la levée de boucliers que nous connaissons aujourd’hui.

Organisée par David Choe, un artiste, musicien et ancien journaliste de Los Angeles, l’émission avait pour invitée Asa Akira.

Si ce nom ne vous est pas tout à fait inconnu, c’est normal. Asa Akira est née en 1986 à Brooklyn et elle a vécu une bonne partie de son enfance à SoHo avant de partir vivre à Tokyo alors qu’elle n’avait que 9 ans. Après quelques années sur place, elle est finalement revenue aux Etats-Unis et elle a commencé à travailler comme dominatrice puis comme strip-teaseuse avant de se lancer dans la pornographie.

Avec succès. Asa Akira est très vite devenue une égérie du secteur et elle a même décroché plusieurs récompenses. Ce qui lui a bien entendu ouvert de nombreuses portes, à commencer par celles de Pornhub.

Un podcast enregistré en 2012

Ce qui nous amène à ce fameux podcast, enregistré en 2012. Un podcast dans lequel David Choe et Asa Akira ont imaginé une scène peu reluisante dans laquelle ils occupaient tous deux un jacuzzi avec vue sur mer… et où ils invitaient un garçon de 13 ans à les rejoindre.

Ils ont ensuite plaisanté dessus, jusqu’à ce que la starlette explique qu’elle pourrait tout à fait avoir des relations sexuelles avec ce garçon. Choe d’ajouter ensuite que l’acte ne pourrait pas être considéré comme un viol si l’acte était consensuel. Une déclaration à laquelle Asa Akira a acquiescé.

Si l’échange était passé relativement inaperçu à l’époque, il en va tout autrement aujourd’hui. Et encore plus avec l’affaire qui est tombée sur Pornhub l’année dernière.

En enquêtant, nos confrères du Times ont en effet identifié au sein du catalogue du service de nombreux contenus non consensuels. Des vidéos mettant en scène du revenge porn, mais également des personnes mineures. Soit des garçons et des fillettes. Par la suite, plusieurs victimes du studio Girls Do Porn ont également porté plainte contre l’éditeur du site, arguant que ce dernier avait tiré directement profit de leurs vidéos sans leur consentement. L’affaire est toujours en cours et 14 des plaignantes indiquent avoir été mineures au moment des faits.

Asa Akira présente ses excuses

Le Sun, de son côté, s’est directement entretenu avec Asa Akira et cette dernière s’est dite très embarrassée par la vidéo. Elle ne pense d’ailleurs plus que ces déclarations soient drôles ou même appropriées :

“C’est extrêmement embarrassant pour moi lorsque certains de mes mots du passé – dans ce cas en 2012, des mots que je voulais dire comme des blagues – refont surface maintenant.

Au cours de la dernière décennie, je suis devenu une personne qui ne pense plus que les mêmes choses soient drôles ou appropriées

Je crois qu’il y a beaucoup d’inconvénients à devenir un adulte aux yeux du public, l’un d’entre eux étant que mes tentatives d’humour immatures, incultes et sous-développées sont à jamais visibles par le monde entier.

Je me sens très mal pour le mal que j’ai causé à quelqu’un.” 

Asa Akira – le Sun

Des excuses qui ne semblent pas avoir convaincu tout le monde.

Laila Mickelwait, une des plus ferventes détractrices du site, a en effet indiqué que l’actrice représentait parfaitement sa marque avec de tels propos, des propos qui montrent “clairement qu’elle a un mépris des lois qui protègent les enfants contre le viol”.

Elle demande d’ailleurs à ce que Pornhub et l’actrice en payent le prix.

Mots-clés nsfypornhub