Voici quel était l’endroit le plus dangereux à l’époque des dinosaures

Il y a 100 millions d’années, le Sahara marocain n’était pas ce qu’il est aujourd’hui. Une étude publiée récemment dans la revue scientifique ZooKeys a révélé que c’était l’endroit le plus dangereux sur Terre à l’ère des dinosaures.

L’équipe de scientifiques qui a fait cette découverte a été dirigée par le Dr Nizar Ibrahim, de l’Université de Détroit Mercy et de l’Université de Portsmouth. Pour en arriver à cette conclusion, les paléontologues ont analysé des fossiles trouvés au Sahara dans les sédiments de la période du Crétacé.

Crédits Pixabay

Leur étude a révélé qu’à l’ère des dinosaures, les plateaux rocheux de Kem Kem, au Sahara, auraient été habités par de nombreuses espèces aquatiques et terrestres qui étaient toutes dangereuses et terrifiantes.

Un endroit où vous ne voudriez pas vous aventurer

D’après le Dr Nizar Ibrahim, à l’époque, un humain n’aurait pas fait long feu dans cet endroit.

« Le Sahara il y a 100 millions d’années était sans doute l’endroit le plus dangereux de toute l’Histoire de la planète Terre. Un lieu très hostile où aucun voyageur dans le temps ne pourrait survivre longtemps. »

L’analyse des fossiles retrouvés au Kem Kem a révélé que cet endroit été le fief de trois des plus grands dinosaures prédateurs, à savoir le Deltadromeus, le Carcharodontosaurus et les ptérosaures.

Des espèces aquatiques énormes

Si à l’époque, les prédateurs étaient gigantesques, leurs proies étaient également énormes. On sait qu’au Kem Kem, les espèces comme le Spinosaurus et l’Alanqa, qui se nourrissent principalement de poissons, mangeaient à leur faim. D’après le professeur David Martill, un scientifique de l’Université de Portsmouth, ces prédateurs ne manquaient pas de nourriture, car les espèces aquatiques étaient nombreuses dans cet endroit.

« Cet endroit était rempli de poissons absolument énormes, y compris des coelacanthes géants et des dipneustes. Le coelacanthe, par exemple, est probablement quatre ou même cinq fois plus grand que le coelacanthe actuel. Il y a un énorme requin-scie d’eau douce appelé Onchopristis avec la plus redoutable des dents rostrales, elles sont comme des poignards crantés, mais magnifiquement brillants. »

David Martill estime qu’il s’agit du « travail le plus complet sur les vertébrés fossiles du Sahara depuis près d’un siècle, depuis que le célèbre paléontologue allemand Ernst Freiherr Stromer von Reichenbach a publié ses derniers grands travaux en 1936. »

Mots-clés paléontologie