Combien d’énergie consomme réellement le Bitcoin ?

Dernièrement, l’on entend beaucoup parler du Bitcoin et de l’énergie nécessaire à sa production. Nous vivons d’ailleurs à une époque où toutes les entités dans le monde sont censées limiter leur consommation en énergie provenant de sources non-renouvelables. Pour ce qui est du Bitcoin, le CCAF ou Cambridge Center for Alternative Finance a indiqué que cette crypto-monnaie consommait actuellement environ 110 térawattheures par an, c’est-à-dire 0,55 % de la production mondiale en électricité.

Cette valeur équivaut à la consommation annuelle de petits pays comme la Malaisie ou la Suède. Mais pour dire si le Bitcoin consomme trop ou pas assez, il faut voir si cette quantité d’énergie utilisée chaque année est justifiée.

Une pièce de Bitcoin, qui n'existe pas
Crédits Pixabay

Evidemment, la réponse va dépendre du point de vue de chacun. Si l’on croit qu’il s’agit d’un système frauduleux qui sert pour le blanchiment de capitaux, cette consommation peut passer pour du gaspillage. Au contraire, si l’on fait partie des dizaines de millions de personnes dans le monde qui utilisent cette crypto-monnaie, l’utilisation de cette quantité d’énergie est justifiée.

Ainsi, on ne peut pas répondre par oui ou par non à cette question, il faut tout d’abord comprendre ce qu’il se passe réellement au niveau du Bitcoin en termes d’énergie, mais aussi d’émissions carbone.

A lire aussi : Voilà pourquoi le Bitcoin s’est effondré

La différence entre le Bitcoin et les autres industries en termes d’énergie

Lorsqu’on aborde le sujet de la consommation d’énergie, il est important de faire la différence entre la quantité consommée et la quantité de carbone émise. Il est facile de calculer l’énergie consommée, mais on ne peut pas extrapoler directement l’émission carbone associée sans connaitre précisément les différentes sources utilisées pour l’extraction du Bitcoin. Par exemple, une unité d’énergie hydro-électrique aura moins d’impact environnemental que la même unité utilisant du charbon. Ainsi, l’estimation du pourcentage de l’utilisation d’énergie renouvelable pour extraire le Bitcoin varie grandement. En décembre 2019, un rapport a suggéré que 73% de l’énergie consommée par la crypto-monnaie était neutre en carbone. De son côté, le CCAF a estimé en septembre 2020 que cette valeur est plus proche de 39%.

D’autre part, pour comprendre la consommation d’énergie par le Bitcoin, il faut considérer que celle-ci est différente de la plupart des autres industries. En effet, le Bitcoin peut être extrait n’importe où dans le monde. Les mineurs de Bitcoin peuvent ainsi utiliser des sources d’énergie qui sont inaccessibles pour la plupart des applications. Si l’on prend l’exemple de l’énergie hydro-électrique, d’énormes quantités d’énergie hydro-électrique renouvelable sont gaspillées tous les ans dans les provinces chinoises du Sichuan et de Yunnan pendant la saison humide. Ce n’est ainsi pas une coïncidence si ces régions représentent le cœur de l’extraction de Bitcoin en Chine. Cela représente presque 10% de la production mondiale pendant la saison sèche et 50% pendant la saison humide.

Un autre exemple d’une extraction quasi-neutre en carbone est l’utilisation du gaz naturel brûlé. Le processus d’extraction de pétrole produit une grande quantité de gaz naturel qui est juste brûlé et non pas utilisé. Comme cela se passe dans les mines éloignées, la plupart des industries ne peuvent pas s’en servir. Toutefois, des mineurs de Bitcoin du Dakota du Nord à la Sibérie ont eu l’idée d’exploiter cette ressource. Cette utilisation produit évidemment une émission carbone, mais elle est négligeable comparé à la demande d’autres industries en carburant fossile.  

A lire aussi : L’effet insoupçonné de la politique chinoise sur le minage de bitcoins

Pas de risque d’un effet majeur sur l’environnement ?

Parmi les idées fausses concernant le Bitcoin, il y a la manière dont la crypto-monnaie consomme de l’énergie. Beaucoup de journalistes et d’universitaires parlent du « coût énergétique par transaction » élevé du Bitcoin. Toutefois, il faut savoir que la grande majorité de l’énergie impliquée dans l’utilisation du Bitcoin est consommée lors de l’extraction. Lorsque les crypto-monnaies sont produites, l’énergie nécessaire pour valider une transaction est minimale.

Finalement, beaucoup pensent que l’énergie nécessaire à l’extraction du Bitcoin ne fera qu’augmenter dans le futur, mais cela n’est pas tout à fait exact. En 2018, une étude avait indiqué que le Bitcoin allait augmenter la température de la Terre de 2°C. Cependant, il y a certaines raisons qui font que cela ne va pas se produire.

Tout d’abord, l’énergie utilisée pour produire le Bitcoin s’éloigne de plus en plus des sources utilisant du carbone chaque année. Par exemple, la Chine a récemment interdit l’extraction de Bitcoin utilisant du charbon en Mongolie intérieure. Au même moment, de nombreuses organisations du monde du Bitcoin ont lancé des initiatives comme le Crypto Climate Accord afin de s’engager à réduire l’empreinte carbone de la crypto-monnaie. D’autre part, il est peu probable que les mineurs continuent à étendre indéfiniment leurs opérations. Le protocole du Bitcoin subventionne les opérations d’extraction, mais ces subventions ont des contrôles intégrés sur leur croissance.

Ainsi, si l’on se demande si les impacts environnementaux du Bitcoin valent le coup, les impacts négatifs en question sont moins alarmants que ce que l’on pourrait penser. Evidemment, le Bitcoin consomme des ressources comme tous les autres types d’industries. C’est alors le devoir de la communauté des crypto-monnaies de trouver des solutions aux problèmes environnementaux et d’essayer de réduire l’empreinte carbone du Bitcoin.

s https://hbr.org/2021/05/how-much-energy-does-bitcoin-actually-consume

Mots-clés bitcoin