Il existe peut-être une manière d’entrer dans un trou noir sans finir en bouillie

Les trous noirs représentent l’un des plus grands mystères de l’Univers. Jusqu’à aujourd’hui, personne n’a été en mesure de percer leur secret. D’après les chercheurs, pour les comprendre, il faudrait s’aventurer dans l’un d’entre eux.

Bien que cette théorie paraisse complètement absurde, deux chercheurs du Grinnell College soutiennent qu’il est possible d’entrer dans un trou noir sans finir en morceaux. Pour en ressortir, c’est une toute autre histoire. Ces physiciens qui répondent au nom de Leo et Shanshan Rodriguez ont expliqué leur point de vue dans un article publié dans la revue The Conversation.

Credits Pixabay

Selon eux, il faudrait se concentrer sur les trous noirs supermassifs.

Des trous noirs aux caractéristiques différentes

Il existe toutes sortes de trous noirs dans l’Univers. Ils sont catégorisés en fonction de leur taille et de leur charge électrique. Pour leur recherche, Leo et Shanshan Rodriguez se sont focalisés sur deux types de trous noirs bien distincts.

Le premier a la masse de notre Soleil, est électriquement neutre et n’effectue aucune rotation. Le second est un trou noir supermassif dont la masse est des millions, voire des milliards, de fois supérieures à celle de notre Soleil. Ces trous noirs diffèrent également par la distance qui sépare leur centre de leur « horizon des événements.» Cette mesure s’appelle la distance radiale.

A lire aussi : Ces chercheurs ont idée sur la manière de récupérer l’énergie des trous noirs

Visez les trous noirs supermassifs

L’horizon des événements est considéré comme le point de non-retour d’un trou noir. Tout ce qui y entre est avalé par le trou noir et n’a aucune chance d’en ressortir. D’après les chercheurs, pour qu’une personne puisse entrer dans un trou noir sans être transformée en bouillie, il faut que la distance radiale de celui-ci soit relativement élevée.

Les trous noirs qui ont la masse de notre Soleil ne sont pas de bons candidats pour ce genre d’exploration. En effet, leur distance radiale est d’environ 3,2 km. Il faut donc se tourner vers les trous noirs supermassifs. La distance qui sépare leur centre de leur horizon des événements est de l’ordre de plusieurs millions de km.

A lire aussi : Oups, on a perdu un trou noir

Selon les chercheurs, une personne qui tente d’entrer dans un trou noir supermassif a moins de risque d’être affectée par son passage dans l’horizon des événements du fait de la distance qui le sépare du centre du noir. Bien entendu, même si elle arrive à se frayer un chemin dans ce trou noir, elle ne pourra plus en sortir.

Mots-clés physiquetrou noir