EOS-X Space, la start-up qui veut se lancer dans le tourisme spatial moyennant des ballons

C’est une initiative assez osée, EOS-X Space veut se faire un nom dans le domaine du tourisme en proposant des traversées dans l’espace à l’aide de ballons gonflés à l’hélium. Le premier vol commercial est prévu pour 2023, avec des billets coûtant 150 000 à 200 000 dollars l’unité.

La start-up espagnole veut ainsi proposer aux touristes un voyage à la limite de l’espace terrestre, dans une capsule pressurisée spécialement conçue à cet effet. Et on peut dire que l’entreprise n’a pas peur de se frotter aux grands noms du secteur, tels Blue Origin, Virgin Galactic ou encore SpaceX et leurs navettes spatiales high-tech.

Deux ballons au coucher de soleil

Crédits Pixabay

La start-up assure d’ailleurs qu’elle désire faire de son projet quelque chose de durable. Pour cela, elle compte sur la qualité de l’offre qu’elle propose pour se lancer dans ce marché en plein développement.

Kemel Kharbachi et EOS-X Space se lancent dans le tourisme spatial

Si les boîtes anglophones (SpaceX, Blue Origin, etc.) sont des pionniers dans le secteur du tourisme spatial, EOS-X Space veut également se tailler une part dans ce marché fort rentable.

Côté technique, le ballon gonflé à l’hélium d’EOS-X Space sera donc capable de soulever une nacelle, ou plutôt une capsule pressurisée, emportant les touristes jusqu’aux confins de l’atmosphère terrestre, soit à 40 kilomètres d’altitude.

Dans un commentaire fait auprès d’Europa Press, Kemel Kharbachi, fondateur de la start-up souligne que son offre est différente de celle de ses prédécesseurs, notamment sur la durée des voyages proposés : quelques minutes en fusées à haute altitude pour SpaceX et consorts, contre des heures en ballon aux frontières de l’espace pour EOS-X Space.

Emmener cinq touristes confortablement installés à chaque voyage

Autre grande différence, le voyage se fera, selon EOS-X Space, sans avoir recours à diverses dispositions finalement contraignantes telles que l’usage de combinaisons et d’équipements spécialisés, la préparation physique des touristes spatiaux, etc. Rien de tout cela n’est nécessaire.

En effet, la capsule est pressurisée et adaptée pour offrir un environnement adéquat et confortable, pour aller à l’essentiel, une escapade aux frontières de l’espace. Les prévisions de la start-up espagnole tablent ainsi sur environ 10 000 touristes transportées aux limites de notre atmosphère dans la décennie à venir, un tour en ballon devant durer cinq heures.

Il faudra toutefois attendre 2023 pour monter dans ces ballons. Et côté prix, quoiqu’avantageux comparé aux offres de la concurrence, le voyage ne sera pas encore accessible à tout le monde.

Mots-clés espace