Eric Schmidt conseille de passer sur Chrome… et sur Mac !

Okay, la nouvelle ne va sans doute pas plaire à tous ceux qui voient en Steve Jobs (et en sa firme) le serpent trompeur du jardin d’Eden, mais il faut avouer qu’elle a quand même de quoi faire sourire. Profitant de la conférence D9, Eric Schmidt a ainsi été amené à parler de la sécurité des utilisateurs, et plus précisément celle des internautes et on peut dire qu’il a lâché un énorme pavé dans la mare en leur conseillant de passer sous Chrome, bien évidemment, mais également en rappelant que la sécurité d’un Mac dépasse de loin celle des machines tournant sous Windows. Oui, vous avez bien lu, le PDG de Google conseille à tout le monde de passer sur Mac.

Quel sacré coquin, celui-là, quand même. Bien entendu, je vais éviter d’émettre mon avis sur la question histoire de ne froisser personne, mais il faut avouer que cette intervention m’a beaucoup étonné. Apple et Google ont une relation particulièrement conflictuelle, les deux firmes sont même concurrentes sur bien des marchés (téléphonie mobile, musique dématérialisée) et nous n’avons pas pour habitude de voir une entreprise, quelle qu’elle soit, vanter les mérites d’un produit concurrent. Notons tout de même, et c’est peut-être simplement le fruit du hasard, que le PDG de Google a également profité de cette conférence pour annoncer le renouvellement du contrat qui unit les deux firmes et qui porte notamment sur Google Maps mais aussi sur le moteur de recherche intégré par défaut dans iOS. Cela étant dit, on aurait quand même pu penser que Eric Schmidt allait profité de cette question particulièrement pertinente pour mettre en avant un autre produit de sa firme, à savoir les ChromeBooks.

Mais ce n’est pas tout. Eric Schmidt a aussi été amené à s’exprimer sur les réseaux sociaux. Et là, nouvelle surprise, notre homme a admis sans détours sa responsabilité dans les nombreux échecs rencontrés par la firme dans ce secteur. Il a même déclaré, je cite : “Je savais clairement que nous devions faire quelque chose et j’ai échoué à la faire. Un CEO doit endosser la responsabilité ! J’ai foiré.” (source). Etonnant, surtout quand on sait que la plupart des patrons ont souvent tendance à rejeter leurs échecs sur leurs salariés, sur un mauvais contexte économique ou sur n’importe quoi d’autre.

Enfin (oui, c’est un billet trois en un), Eric Schmidt a également profité de cette conférence pour tacler son ennemi de toujours à savoir Microsoft. Selon lui, si Dell, Intel, Cisco et Microsoft ont mené la danse dans les années 90, un nouveau club a désormais ouvert ses portes. Un club moteur capable de changer le visage du web et qui est constitué de ces quatre sociétés : Google, Amazon, Facebook et Apple. De rajouter, ensuite, qu’il aurait également pu citer Twitter ou encore Paypal (avec qui la firme entretient des rapports tendus depuis le lancement de Wallet), mais certainement pas Microsoft. Pourquoi ? Toute la question est là. Mais si vous voulez le fond de ma pensée, c’est sans doute de la faute (encore) de Steve Ballmer…

Via

Mots-clés applegoogle