Les Européens n’ont finalement pas été les premiers à aller en Antarctique

Une équipe de chercheurs néozélandais est revenue sur l’histoire de l’Antarctique. Les découvertes qu’ils ont faites suggèrent que les Européens ne seraient pas les premiers à être allés sur le continent austral. Si on se fie à leur étude, les Maoris auraient en fait été les premiers à avoir découvert l’Antarctique.

Les gens ont toujours pensé que les Russes étaient les premiers à avoir posé les yeux sur ce continent lors d’une expédition en 1820. Toutefois, les Maoris seraient arrivés en Antarctique bien avant eux. A en croire cette étude dirigée par Priscilla Wehi, de l’institut néozélandais Manaaki Whenua Landcare Research, ces derniers auraient voyagé vers le pôle Sud dès le 7ème siècle.

Une photo des iceberg de l'Antarctique
Photo de Derek Oyen – Unsplash

Les Maoris se seraient donc aventurés en Antarctique 1000 ans avant les Européens.

Une étude qui s’appuie sur la littérature maorie

Pour mener à bien cette étude, les auteurs se sont penchés sur l’histoire orale et la littérature maorie. Grâce à ces éléments, ils ont découvert qu’un lien remontant à des siècles unit les Maoris à l’Antarctique. Dans leurs travaux, les chercheurs ont mis l’accent sur l’histoire de Hui te Rangiora.

Ce dernier était un chef polynésien qui a mis le cap vers le pôle Sud au 7ème siècle.

« Dans certains récits, Hui te Rangiora et son équipage continuent leur voyage vers le sud, un très long chemin au sud. En agissant ainsi, ils ont été probablement les premiers humains à voir les eaux et peut-être le continent antarctique », lit-on.

Un peuple qui a participé aux expéditions occidentales

L’histoire des Maoris semble inséparable de celle de l’Antarctique. On apprend en effet grâce à cette étude qu’un millénaire plus tard (plus précisément vers 1840) un Maori du nom de Te Atu a participé à une expédition en Antarctique. Cette fois-ci, l’expédition a été menée par les Etats-Unis.

Te Atu est alors devenu le premier Maro et le premier Néozélandais à avoir posé les yeux sur la côte de l’Antarctique. Pour Priscilla Wehi, il est important de restituer leur histoire aux Maoris.

« La participation des Maoris aux voyages et aux expéditions en Antarctique s’est poursuivie jusqu’à nos jours, mais est rarement reconnue ou mise en évidence », a-t-elle déclaré.

A termes, elle espère que ce genre de travaux permettra de donner « plus de profondeur au programme de recherche néozélandais et à la protection de l’Antarctique. »

Mots-clés anthropologie