La grosse erreur d’Audacity

Que l’on soit créateur audiovisuel confirmé ou simple musicien amateur, Audacity a toujours été une première étape en matière de logiciel d’édition et de manipulation de fichier audio, de par sa facilité d’utilisation mais également son statut de freeware open source disponible pour tous. Mais son rachat il y a maintenant deux mois par Muse Group (groupe détenant des sites et autres programmes comme MuseScore ou Ultimate Guitar) avait fait lever bien des sourcils – et pour cause.

Les nouvelles conditions d’utilisation mises à jour il y a quelques jours seulement et consultable sur le site officiel de Audacity indiquent des changements profonds dans la philosophie du logiciel qui, pour la première fois, se met à la collecte de données personnelles…

Un casque audio posé sur une table
Crédits Pixabay

Un logiciel bien trop curieux

À partir de maintenant, la nouvelle mise à jour d’Audacity permet au logiciel de collecteur bon nombre d’informations relatives au logiciel d’exploitation, à la configuration du CPU mais également à la localisation de la machine utilisée.

Cette soudaine politique de confidentialité, bien différente de la philosophie originale du logiciel open source, justifie ce traitement des données comme étant purement à fins analytiques… Mais peuvent également délivrer “des données nécessaires” aux autorités régulatrices des états de la Zone Economique Européenne, de la Russie, et des États-Unis.

Pire encore, ces données récoltées pourront également être partagées ou vendues à des “partis tiers” ainsi qu’à des “acheteurs potentiels (ainsi que leurs représentants et publicistes)” : en d’autres termes, Audacity s’approche dangereusement du spyware pur et simple.

A lire aussi : 9 astuces pour se protéger des ransomwares

Open source… Mais plus pour tous

Cerise sur le gâteau, le logiciel précise “ne pas convenir aux personnes de moins de 13 ans“, en opposition directe avec les modalités de distribution de la licence publique générale GNU sous laquelle est publiée Audacity qui précise qu’aucune restriction d’utilisation ne doit être appliquée.

Évidemment, il n’en fallait pas plus pour provoquer un véritable tollé sur la toile. De nombreux utilisateurs déçus de ce revirement de politique ont appelé à la création d’un nouveau logiciel dévié du code source d’origine d’Audacity – un fork – qui permettrait de se débarrasser définitivement de cette collecte de données intempestives.

Un fork est d’ores et déjà en développement sur le site GitHub. En attendant, il est recommandé aux internautes soucieux de leur vie privée de ne pas mettre à jour Audacity au-delà de la version 2.4, ainsi que de ne pas le réinstaller le programme.