Est-ce que le sexe compte comme de l’exercice ?

Kevin Netto travaille depuis plusieurs années pour l’Université Curtin en Australie et il a voulu répondre à LA question que nous nous sommes tous posés au moins une fois dans notre vie : est-ce que le sexe compte comme de l’exercice ? N’écoutant que son courage, il a donc mis en place une nouvelle étude très approfondie afin de déterminer les effets physiologiques de nos câlins.

Le sexe a de nombreuses vertus, c’est indéniable. Il renforce les relations, bien entendu, mais il peut aussi agir comme un antidépresseur et il paraît même qu’il rendrait plus intelligent.

Sexe Exercice

Le sexe n’est malheureusement pas près de remplacer vos séances de footing.

C’est en tout cas ce qu’avait révélé une étude menée par l’Université de Princeton en 2010 sur plusieurs… rats.

Le sexe rendrait plus intelligent

Magnifique, mais les rapports sexuels ont aussi des effets sur notre corps et plus précisément sur notre santé. Grâce aux échanges de fluides, ils boostent effectivement le système immunitaire et ils ont même une incidence sur notre durée de vie. Et puis, bien sûr, ils permettent de décompresser et d’évacuer le stress.

Mais la vraie question, finalement, c’est de savoir si le sexe peut être considéré comme de l’exercice ou même comme un véritable sport à part entière.

Pour tenter de répondre à cette épineuse question, Kevin Netto et son équipe ont procédé à une étude sur plusieurs couples. Après les avoir équipé de capteurs (sans fil bien entendu) placés à des endroits stratégiques, ils leur ont demandé de faire des câlins. Ils ont enregistré toutes leurs constantes afin d’établir des moyennes et de mesurer l’impact réel du sexe sur leur organisme.

Sans surprise, ils ont constaté une augmentation significative de leur fréquence cardiaque et de leur pression artérielle. En comparant ces données à ce qui se passe durant l’exercice, les chercheurs sont parvenus à déterminer qu’un rapport sexuel équivaut en moyenne à un exercice physique modéré.

Attention cependant à ne pas vous réjouir car leur étude leur a aussi permis de déterminer que les niveaux de stress physiologiques étaient intermittents. L’effort fourni par les amants n’est effectivement pas constant et certaines phases ont autant d’effets sur le corps qu’une simple balade à pieds.

Les efforts fournis durant les rapports sexuels ne sont pas constants

Ce n’est cependant pas le plus gros problème car il y a aussi une autre variable à prendre en compte : la fréquence des rapports sexuels. De ce côté, nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne et beaucoup de couples se limitent ainsi à un gros câlin hebdomadaire. Dans ce contexte, le sexe ne peut malheureusement pas remplacer une vraie activité physique.

Et surtout pas si vous êtes une femme d’ailleurs car ces dernières seraient nettement moins actives que les hommes sur ce plan là.

Bon, et si vous êtes célibataire alors ? Désolé de ruiner vos espérances mais la masturbation ne remplacera pas vos séances de footing. En revanche, elle vous aidera à muscler vos muscles périnéaux et donc à retarder l’éjaculation durant l’acte.

Fait intéressant, Kevin et son équipe se sont aussi penchés sur le cas des sportifs et ils ont ainsi voulu déterminer si le sexe avait un impact négatif sur les performances sportives des athlètes.

Ce n’est visiblement pas le cas mais les rapports sexuels peuvent tout de même retarder la phase de récupération et il est donc préférable de ne pas faire de câlins à moins de deux heures d’une compétition.

Mots-clés insolitesexe