Et si l’Apple Watch pouvait nous aider à lutter contre le Covid-19 ?

De nombreux pays ont mis la technologie à contribution pour lutter contre la pandémie de Covid-19. En dehors des dispositifs mis en place par les autorités sanitaires, les appareils de type « wearable » pourraient également nous aider à lutter contre le virus. En tout cas, c’est ce que suggèrent des scientifiques de l’université de Stanford.

L’Apple Watch, par exemple, peut contrôler le rythme cardiaque de ses utilisateurs et détecter s’il y a quelque chose d’anormal. Apple ne cesse d’améliorer la technologie qui équipe ses montres connectées et d’après les dernières rumeurs, l’Apple Watch Series 6 serait capable de prédire si le sang de ses utilisateurs reçoit assez d’oxygène.

Une Apple Watch

Crédits Pixabay

Au vu de toutes les informations qui peuvent être fournies par ce type de montre, les chercheurs de l’université de Stanford se demandent actuellement si ces appareils peuvent contribuer à la lutte contre le Covid-19.

Des données qui peuvent permettre de détecter la présence de Covid-19 ?

Cette étude, publiée sur le site 9to5Mac, est dirigée par le Dr Michael Snyder. Ce dernier se demande si les données fournies par l’Apple Watch peuvent permettre de détecter, de façon précoce, la présence de maladies infectieuses.

« Nous cherchons à établir si les données collectées par les appareils « wearable » peuvent être utilisées pour prédire les débuts d’une maladie infectieuse, comme le Covid-19, avant que les symptômes n’apparaissent. » a-t-il déclaré.

Une étude ouverte à tous

Pour mener à bien leur étude, le Dr Michael Snyder fait appel à des volontaires. Tout le monde peut soumettre sa candidature pour participer à cette étude. Pour être sélectionné, il faudra répondre à un sondage en ligne et avoir plus de 18 ans.

Le Dr Michael Snyder et son équipe collecteront « des données telles que le rythme cardiaque, la température, le niveau d’oxygène dans le sang » des volontaires. Les participants devront avoir une montre connectée équipée d’un dispositif de suivi de l’activité physique tels que Fitbit ou encore Apple Watch.

Les chercheurs de l’université de Stanford demanderont aux participants de faire trois choses durant toute la durée de l’étude. Ils devront d’abord porter leur appareil nuit et jour. Ensuite, ils partageront les données de leur montre avec les chercheurs. Enfin, ils devront donner accès à leurs informations médicales aux scientifiques de l’université de Stanford. Cette étude durera 24 mois.