Et si le Covid-19 était en sommeil depuis plusieurs années ?

Bien que certains pays aient décidé d’entamer un déconfinement progressif, il ne faut pas oublier que le Covid-19 est toujours présent. À l’heure où nous commençons à retrouver nos habitudes, les scientifiques continuent de poursuivre leurs recherches pour en apprendre plus sur la maladie.

Au début de la pandémie, tous les regards se sont tournés vers la Chine, où le premier cas de Covid-19 a été recensé. Néanmoins, d’après l’épidémiologiste britannique Tom Jefferson, de l’Université d’Oxford, le SARS-CoV-2 ne viendrait pas de la Chine.

Crédits Pixabay

Il a même ajouté que le Covid-19 existerait en fait depuis plusieurs années.

Des traces de Covid-19 retrouvés dans les eaux usées

Les déclarations de Tom Jefferson peuvent sembler aberrantes. Toutefois, le scientifique a des preuves de ce qu’il affirme. Tom Jefferson a pointé du doigt le fait que des traces du SARS-CoV-2 auraient été retrouvées dans des eaux usées et dans les égouts, un peu partout dans le monde.

En juin 2020, les propos de Tom Jefferson ont été appuyés par l’université de Barcelone qui a annoncé avoir trouvé des traces du Covid-19 dans un échantillon d’eaux usées collectées en Espagne, en mars 2019. En Italie, les scientifiques ont également noté la présence du SARS-CoV-2 dans des échantillons d’eaux usées en décembre 2019, bien avant l’apparition du premier cas de Covid-19 dans ce pays. Au Brésil, des traces du SARS-CoV-2 ont aussi été retrouvées à Florianópolis, en novembre 2019.

À lire aussi : D’après l’OMS, le pire reste à venir en ce qui concerne le Covid-19

Un virus qui était endormi ?

Pour Tom Jefferson, tous ces éléments confirment l’hypothèse selon laquelle le Covid-19 serait parmi nous depuis des années. D’après lui, le virus était juste « endormi. »

« Je pense que le virus était déjà là, c’est-à-dire partout. Nous pourrions avoir affaire à un virus dormant activé par les conditions environnementales. Les agents pathogènes n’apparaissent ou ne disparaissent pas. Ils sont toujours là et quelque chose joue le rôle déclencheur, que ce soit la densité humaine ou les conditions environnementales. »

Il a poursuivi en expliquant que Wuhan n’était peut-être « pas à l’origine de l’infection, mais juste l’endroit où un ensemble de circonstances encore inconnues ont déclenché un changement virulent dans ce qui était peut-être une transmission de bas niveau. »

Tom Jefferson et son collègue Carl Henegehan, professeur à l’Université d’Oxford,  pensent qu’une enquête approfondie est nécessaire pour en savoir plus sur l’origine de cette maladie.

À lire aussi : Covid-19, les traces du virus retrouvées en Europe en 2019