Et si le Covid-19 ne disparaissait jamais ?

Cela fait des mois maintenant que la population mondiale vit sous la menace du Covid-19. À l’heure actuelle, plus de 4,3 millions de personnes sont atteintes du Coronavirus à travers le monde. Le 14 mai 2020, le bilan mondial faisait état de 300 000 morts. En dépit de cela, les gens aspirent plus que jamais à un retour à la normale.

Alors que certains pays ont entamé un déconfinement progressif pour permettre à leur population de reprendre leurs activités, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a fait une déclaration assez inquiétante concernant le Covid-19. À en croire Michael Ryan, Directeur des questions d’urgence sanitaire de l’OMS, on risque de vivre avec le Coronavirus pendant longtemps.

Crédits Pixabay

Au cours d’une conférence de presse en ligne qui a eu lieu le 13 mai 2020, il a déclaré que le virus pourrait « ne jamais disparaître. »

Un virus qui pourrait devenir endémique

Les déclarations de Michael Ryan durant cette conférence de presse étaient loin d’être encourageantes. Pour ce représentant de l’OMS, il serait « très difficile » de dire si, ou quand, on arrivera à venir à bout du Covid-19.

D’après lui, le « virus pourrait devenir endémique dans nos communautés, il pourrait ne jamais disparaître. » Pour ajouter à nos inquiétudes, Michael Ryan a indiqué que la découverte d’un vaccin ne risquait pas de changer grand-chose.

La population mondiale devra s’adapter

Depuis le début de la pandémie, les scientifiques du monde entier se sont engagés dans une course au vaccin. Toutefois, selon Michael Ryan, « même si un vaccin efficace pouvait être développé – il n’y a aucune certitude qu’il le soit un jour – il faudra encore un effort massif pour maîtriser le virus. »

Si le virus ne disparaît pas, les gens n’auront donc d’autres choix que de s’adapter. Michael Ryan a pris l’exemple du VIH pour illustrer ses propos.

« Le VIH n’a pas disparu, mais nous nous sommes entendus avec le virus. Nous avons développé des thérapies et mis en place des mesures de prévention. Aujourd’hui, les gens ne se sentent pas aussi effrayés qu’auparavant. » a-t-il déclaré.

Pour finir, il a insisté sur l’importance de respecter toutes les mesures visant à limiter la propagation du virus : « Sa trajectoire est entre nos mains. C’est le souci de tous, nous devons tous contribuer à stopper cette pandémie. »