Et si le cratère Gale n’avait pas été un lac ?

Le rover Curiosity de la NASA a atterri à l’intérieur du cratère Gale, sur Mars, en août 2012. Pour rappel, ce cratère ne fait pas moins de 154 kilomètres de large et la mission du rover était de découvrir si la région avait autrefois accueilli la vie. Le site d’atterrissage de Curiosity porte le nom de Yellowknife Bay. Justement, le rover a trouvé près de ce site, des sédiments de mudstone à grains fins.

Un mudstone est une texture fine de roche sédimentaire composée à l’origine d’argile ou de boue. D’après les scientifiques, c’est la preuve de l’existence d’un ancien lac. En parcourant le cratère au cours des dernières années, Curiosity a détecté de plus en plus de signes que le cratère contenait autrefois de l’eau liquide.

Une photo de Mars
Crédits Unsplash

Les scientifiques en ont ainsi conclu que le cratère Gale avait abrité un grand lac il y a 3,7 milliards d’années environ, rapporte Space.com.

Une nouvelle étude remet en question l’existence de ce grand lac

En effet, le chercheur Michael Meyer avait déclaré dans une conférence de presse en décembre 2014 que « ce lac était suffisamment grand pour avoir duré des millions d’années – suffisamment de temps pour que la vie démarre et prospère et pour que les sédiments du lac s’accumulent et forment le mont Sharp ».

Ce mont Sharp est un monticule géant qui s’étend à 5,5 kilomètres environ depuis le centre du cratère Gale. Depuis septembre 2014, le rover avait analysé les différentes couches de la montagne pour trouver des indices sur les différents climats de Mars. Cependant, une nouvelle étude parue début août réfute les précédentes conclusions tirées des données recueillies par le rover Curiosity.

A lire aussi : Il y aurait bien de l’eau cachée sur Mars, du moins selon ces roches

Le cratère Gale aurait abrité plusieurs petits lacs au lieu d’un lac immense

En effet, dans un article paru dans la revue Science Advances, une équipe de scientifiques affirme que bien que les mudstones découverts dans la baie de Yellowknife suggèrent la présence d’un ancien lac, la majorité de la section stratigraphique correspond à du grès et à des mustone-grès interstratifiés, qui sont intensément altérés mais qui ne sont probablement pas liés au lac.

Ces chercheurs avancent effectivement que la plupart des dépôts examinés par Curiosity ont été déposés dans le cratère par le vent ou une activité volcanique. Puis, ces dépôts auraient été altérés par les pluies acides, et non, dans un lac. D’après le co-auteur de l’étude, Joe Michalski, « il s’agit probablement d’une altération chimique provoquée par les précipitations d’un environnement de type sol ». Il ajoute que les données recueillies par Curiosity indiquent l’existence d’une poignée de petits lacs transitoires qu’un seul grand lac dans le cratère Gale.

Mots-clés mars