Et si le venin des abeilles nous aidait à vaincre le cancer du sein?

Une bonne nouvelle pour les personnes souffrant du cancer du sein, un nouveau traitement plus efficace pourrait voir le jour, si l’on en croit un article publié dans la revue internationale npj Precision Oncology. L’article décrit un moyen qui paraît assez inhabituel pour détruire les cellules cancéreuses, l’utilisation du venin provenant des abeilles.

C’est le Dr. Ciara Duffy travaillant au Harry Perkins Institute of Medical Research et à l’University of Western Australia qui a mené les recherches concernant cette méthode que l’on peut qualifier de prometteuse.

Crédits Pixabay

Au cours de l’étude, le Dr. Duffy et son équipe ont utilisé du venin prélevé sur 312 abeilles et bourdons de Perth Western Australia, d’Irlande et d’Angleterre, sur des sous-types cliniques du cancer du sein, parmi lesquels le cancer du sein triple négatif dont les moyens de traitement sont encore limités. L’objectif de ces recherches, comme l’expliquent les scientifiques, c’est d’évaluer les propriétés anticancéreuses du venin d’abeille, ainsi que celles du composant dénommé mélitine, sur des cellules cancéreuses du sein.

Pour ce qui est des résultats, l’article indique que le venin d’abeille a réussi à détruire rapidement les cellules du cancer du sein triple négatif, ainsi que les cellules cancéreuses enrichies en HER2.

À lire aussi : Les abeilles, nouveaux distributeurs de pesticides aux Etats-Unis

Le déroulement des tests

D’après les scientifiques, ils ont tout d’abord testé les effets du venin d’abeille sur des cellules de sein normales puis sur des cellules cancéreuses de différents sous-types. Les cellules cancéreuses utilisées étaient celles avec des récepteurs hormonaux positifs, celles enrichies en HER2, et celles du cancer du sein triple négatif. Des tests avec la mélitine ont aussi été effectués. Il s’agit d’un peptide chargé positivement qui se trouve dans le venin des abeilles. Le Dr. Duffy a indiqué qu’il était possible de synthétiser ce composant et que le produit obtenu a pu induire la plupart des effets anticancéreux obtenus à l’aide du venin naturel.

On peut dire que les résultats des tests sont prometteurs puisque le venin et la mélitine ont réussi à réduire la viabilité du cancer du sein triple négatif et celle des cellules cancéreuses enrichies en HER2. De plus, les scientifiques ont pu observer qu’une certaine concentration de venin d’abeille pouvait tuer à 100 % les cellules cancéreuses tout en ayant des effets minimes sur les cellules saines. Quant à la mélitine, elle a pu complètement détruire les membranes des cellules cancéreuses en 60 minutes.

D’autres effets de la mélitine

A part la destruction directe des cellules cancéreuses, le Dr. Duffy et son équipe ont également observé d’autres effets de la mélitine. La substance a pu réduire les messages chimiques produits par les cellules cancéreuses en seulement 20 minutes. Les chercheurs expliquent que ces signaux sont essentiels à ces cellules pour qu’elles puissent grandir et se diviser. Pouvoir les réduire, voire les éliminer, est ainsi un important aspect du traitement.

Au cours de ses recherches, le Dr. Duffy a également pensé à voir si la mélitine pouvait être utilisée comme complément des traitements existants. Cette substance peut en effet créer des trous au niveau des membranes des cellules cancéreuses du sein, ce qui pourrait permettre une insertion plus efficace d’autres médicaments dans ces cellules malignes. Les résultats ont montré qu’il était effectivement possible d’associer la mélitine à certaines petites molécules comme le docétaxel pour traiter les types de cancer du sein très agressifs.

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques ont testé les effets du venin d’abeille sur les tumeurs cancéreuses. En 1950, un article sur le sujet avait déjà été publié dans la revue Nature. En tout cas, il sera peut-être possible un jour d’utiliser ce type de venin de façon plus généralisée afin d’aider toutes les personnes atteintes par cette maladie.

À lire aussi : Elle utilise des drones pour étudier le déclin des abeilles