Et si les bateaux utilisaient l’eau de mer comme carburant ?

Le transport maritime est un secteur fondamental pour le commerce mondial. Malheureusement, c’est également l’un des secteurs les plus polluants. En effet, les navires qui circulent actuellement fonctionnent encore aux combustibles fossiles. En dehors des émissions de CO² qui représentent un fléau pour l’environnement, on a assisté au cours de ces dernières années au déversement d’hydrocarbures dans l’océan.

À l’heure actuelle, de nombreux scientifiques essayent de trouver des solutions qui pourraient permettre de réduire l’impact écologique du transport maritime. Récemment, une équipe de chercheurs du Département de génie chimique de l’Université de Rochester (États-Unis), a publié une étude dans la revue Energy & Environmental Science dans laquelle elle expose un moyen révolutionnaire qui permettrait d’œuvrer dans cette voie.

Crédits Pixabay

D’après ces scientifiques, il serait possible d’utiliser l’eau de mer comme carburant. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour les environnementalistes.

Une ressource illimitée

En plus de limiter la pollution causée par le transport maritime, l’utilisation de l’eau de mer comme carburant permettra d’exploiter une source illimitée d’énergie. Qui plus est, l’utilisation de cette ressource permettra aux bateaux de rester plus longtemps en mer, car ils n’auront plus besoin de se ravitailler en permanence auprès des exploitations pétrolières.

Les experts explorent cette option depuis des années. Toutefois, cette étude nous laisse penser que ce projet se concrétisera bientôt. Les chercheurs à l’origine de ces nouvelles recherches proposent d’avoir recours à la « conversion catalytique inversée » pour transformer l’eau de mer en carburant. Ce procédé consiste à l’extraction du dioxyde de carbone présent dans l’eau pour le transformer en monoxyde de carbone. Ce produit subit par la suite une nouvelle conversion pour obtenir de l’hydrocarbure.

Un projet à fort potentiel

Les chercheurs ont réalisé une étude pilote pour tester la viabilité de ce projet. Ils ont déclaré que les résultats étaient encourageants. Selon eux, il s’agit d’un projet à fort potentiel :

« La conversion de CO² en produits chimiques et carburants à valeur ajoutée est une voie potentiellement précieuse pour le stockage des énergies renouvelables et une future économie neutre en CO². »

Dans le cadre de leur expérience, les chercheurs se sont servis d’un catalyseur en carbure de molybdène (Mo2C). Cet instrument est connu pour sa résistance à la chaleur et son caractère économique.

Après ces premiers tests, ils projettent d’effectuer des essais en condition réelle.