Et si les Pixel 6 et Pixel 5a embarquaient une puce Google ?

Google nous prépare peut-être une petite surprise. Selon 9to5Google, les Pixel 6 et Pixel 5a pourraient être animés par une puce maison : la GS101, baptisée en interne “Whitechapel”. Une première pour la firme.

L’année dernière, Google a lancé pas moins de trois smartphones : le Pixel 4a, le Pixel 4a 5G et le Pixel 5. S’ils sont assez différents les uns des autres, ils ont tout de même un point en commun : ils sont tous animés par un SoC fourni par Qualcomm.

Et plus précisément par des Snapdragon 730G et Snapdragon 765G.

Des Pixel 6 et Pixel 5a animés par une puce maison ?

Cette année, la situation serait cependant un peu différente. 9to5Google affirme ainsi que la firme aurait l’intention de lancer pas moins de deux smartphones dans les semaines et mois à venir. Des smartphones qui auraient pour point commun d’embarquer un SoC ARM maison connu sous la référence GS101.

Nos confrères ne donnent aucune indication quant aux modèles concernés, mais il serait néanmoins logique que ces deux appareils soient les Pixel 5a et Pixel 6. Du moins en supposant que Google adopte la même stratégie cette année, ce qui n’est évidemment pas garanti.

XDA Developers, de son côté, va un peu plus loin. Dans un article publié hier dans l’après-midi, Brandon Russel confirme en effet que Google serait actuellement en train de tester des Pixel fonctionnant sous une puce développée en interne.

Une puce un peu particulière

Citant de précédentes rumeurs, notre confrère explique aussi que le GS101 serait basé sur un processeur octo-core composé de deux Cortex A78, de deux Corex A76 et de quatre Cortex A55, avec un GPU Mali et une finesse de gravure en 5 nm. Les performances de cette puce se rapprocheraient donc de celui des Snapdragon milieu de gamme.

Quel est l’intérêt pour Google de produire sa propre puce, alors ? XDA cite principalement les mises à jour. En concevant et en produisant ses propres SoC, Google ne sera plus tributaire de Qualcomm et il pourra donc mettre à jour ses pilotes pendant plus longtemps. Par extension, cela voudrait aussi dire qu’un Pixel 6 ou un Pixel 5a animé par ce fameux GS101 pourrait en théorie bénéficier de plus de versions d’Android que les modèles actuels.

Néanmoins, ce n’est pas le seul intérêt du fait-maison. Avec le GS101, et en supposant bien entendu qu’un tel SoC existe réellement, Google aura aussi plus de latitude pour personnaliser le fonctionnement de sa puce. Beaucoup d’attendent ainsi à ce que ce SoC soit également équipé d’un TPU, soit d’un circuit développé spécialement par Google en 2016 pour accélérer toutes les fonctions d’intelligence artificielle…

Et ça, en revanche, c’est un point qui me paraît important, Google ayant énormément misé sur le traitement logiciel ces dernières années sur la gamme Pixel. Notamment pour la photo, où ces appareils s’avèrent tout bonnement redoutables.