Et si les signaux mystérieux repérés au centre de notre galaxie n’étaient qu’une illusion ?

Un peu plus tôt dans l’année, une équipe de scientifiques a repéré des signaux mystérieux au centre de la Voie Lactée. Les chercheurs ont découvert trois éléments en abondance au sein d’un groupe de géantes rouges, des étoiles mourantes au dernier stade de leur évolution.

Les chercheurs ont surtout été intrigués par la quantité élevée de scandium, de vanadium et d’yttrium.

Voie Lactée

Deux hypothèses ont été avancées pour expliquer les niveaux anormalement élevés. Selon la première, cette caractéristique pourrait résulter de la descente d’étoiles anciennes dans un trou noir. La seconde suggère que ces éléments seraient des débris de la collision d’étoiles à neutrons. Toutefois, une autre explication vient d’être proposée.

Dernièrement, après avoir effectué une étude plus récente sur le même sujet, les experts pensent qu’ils ont pu être bernés par l’univers. L’étrange phénomène pourrait n’être que le résultat d’une illusion optique.

Les éléments ont été mesurés à partir des raies spectrales

Les trois éléments se situent à moins de trois années-lumière d’un trou noir qui se trouve au centre du système solaire. Les chercheurs les ont découverts en enregistrant, à l’aide d’un spectromètre, des « lignes spectrales ».

Ces dernières sont des lignes sombres ou lumineuses dans un spectre électromagnétique autrement uniforme et continu. Elles résultent de l’interaction entre un système quantique et le rayonnement électromagnétique. La comparaison ente les différences des interactions des éléments avec la lumière peut apporter des informations sur la composition d’un objet.

La nouvelle étude, réalisée par une équipe internationale constituée d’astronomes et de physiciens atomiques, a été publiée le 10 octobre 2018 dans le journal Astrophysical Journal.

Ces lignes encore échappent à la modélisation théorique précise

Lors de la nouvelle recherche, l’équipe a étudié des lignes spectrales de scandium chez les géantes rouges dans notre galaxie. Elle a constaté que lorsque l’étoile mourante était au-dessous d’une certaine température, les raies spectrales devenaient beaucoup plus intenses. Cependant, ces augmentations ne signifient pas que le scandium, le vanadium et l’yttrium ont changé de taille.

Les auteurs ont précisé que la formation de ces lignes fortes « échappe actuellement à la modélisation théorique précise ». Ils sont en train d’examiner d’autres lignes spectrales dans le but d’en savoir plus. En attendant, ils ont recommandé que, pour l’instant, ces raies spectrales ne doivent pas être utilisées pour mesurer ces objets.

Mots-clés astronomieespace