Et si l’on pouvait vraiment voyager dans le temps grâce aux sursauts gamma ?

Voyager dans le temps a toujours été un des rêves de l’homme. Et d’après les recherches menées par deux astrophysiciens, il semblerait bien que cette perspective soit de l’ordre du possible, grâce aux sursauts gamma.

Dans leur étude, Jon Hakkila et Robert Nemiroff pensent en effet que les particules chargées comme les électrons sont susceptibles de voyager à une vitesse dépassant la célérité de la lumière, dans le cadre d’une explosion de rayons gamma, ce qu’on appelle un « sursaut gamma ».

espace

Crédits Pixabay

Ce phénomène permettant aux particules chargées d’atteindre des vitesses supraluminiques est scientifiquement connu comme étant « l’effet Cherenkov ». Ce qui au final rendrait potentiellement possible un voyage dans le temps.

Un phénomène bien étrange

Les sursauts gamma sont produits de gigantesques explosions à l’échelle cosmique telle que la collision de deux étoiles à neutrons qui finit par créer un trou noir. La matière qui tourbillonne autour du trou noir, se condense puis est absorbée, finit par être éjectée sous la forme d’un jet très énergétique de rayon gamma.

Il y a quelques années, en observant une telle explosion gamma issue de la collision de deux étoiles à neutrons, des scientifiques ont trouvé que les pulsations produites semblaient se répéter comme si elles étaient sujettes à un déplacement dans le temps.

On assiste alors à un dédoublement des particules, celles se déplaçant à une vitesse proche de celle de la lumière et celles qui voyagent à une vitesse supérieure.

L’effet Cherenkov pour tout expliquer

Ce phénomène se produit également dans les machines de détection de particules utilisant l’effet Cherenkov. Il faut savoir que les particules chargées, en traversant un fluide comme l’eau, certains gaz, ou du plasma, voyagent à une vitesse supérieure à la vitesse de phase de la lumière dans ce même fluide.

Les deux astrophysiciens se sont ainsi penchés sur l’établissement d’un modèle mathématique pour démontrer l’existence d’un phénomène comparable à l’effet Cherenkov pour le cas des sursauts gamma.

Ils ont ainsi conclu que « les états transitoires observables comme étant un dédoublement des particules peuvent être attribuées à l’interaction entre le fluide constitué par le sursaut gamma et les autres particules qui l’accompagnent. »

Ainsi, tandis qu’une même particule semble accélérer dans le temps, au même moment, on la voit en double, mais cette fois elle est ralentie.