Et si l’on se servait de virus programmables pour lutter contre les bactéries, au lieu des antibiotiques traditionnels

À force de prendre des antibiotiques à chaque fois que l’oncontracte des infections, les bactéries et autres micro-organismes sont devenus résistants aux antibiotiques, même en présence des plus puissants d’entre eux. La cause revient en partie à la surutilisation de ces substances, qui sont très efficaces, mais qui exhortent également bactéries à évoluer.

Dans ce contexte, Felix, une start-up américaine du secteur de la biotechnologie a cherché des alternatives capables de se substituer aux antibiotiques traditionnels et ils se sont penchés sur les capacités exceptionnelles des virus pour ce faire.

Crédits Pixabay

La technologie exploitée par la start-up Felix permet ainsi de cibler les bactéries en faisant appel à des virus programmables capables de les infecter. Et ce traitement est actuellement en phase de test clinique auprès des patients atteints de mucoviscidose.

Utiliser des virus programmables pour infecter et tuer les bactéries

Le principe d’infection des bactéries par un virus ou bactériophage a été découvert depuis les années 1915 aux États-Unis, mais l’émergence des antibiotiques n’a pas permis de développer plus loin la thérapie.

Mais au fil du temps, la surutilisation d’antibiotiques a certes permis de mieux traiter bon nombre d’infections bactériennes d’une part, mais a également beaucoup contribué à les rendre résistantes aux antibiotiques.

Aussi, l’utilisation d’un virus programmable est une option efficace pour tuer s’attaquer aux bactéries et stopper leurs capacités d’évolution, en parallèle. Et c’est ainsi que la start-up Felix en est venue à proposer sa thérapie antibactérienne. D’autant que selon le dernier rapport des Nations Unies, les infections bactériennes ont coûté la vie de plus de 700 000 personnes, en 2019 et ce chiffre pourrait même atteindre les 10 millions par an, en 2050.

Des essais cliniques prometteurs auprès de patients souffrant de mucoviscidose

Cette thérapie par phage à l’aide de virus programmable est déjà en phase de test, auprès de 10 patients souffrant de mucoviscidose, une maladie qui nécessite l’utilisation d’un flux constant d’antibiotiques pour lutter contre les infections pulmonaires.

Mais avant d’obtenir l’approbation de la FDA, la thérapie devra encore faire ses preuves auprès de 30 patients, puis auprès d’un panel encore plus conséquent pour les tests.

Quant aux résultats, le cofondateur d’YC Felix, Robert McBride, se montre très optimiste. «Nous avons une solution technologique élégante […] et nous savons que notre traitement peut fonctionner », déclare-t-il.

Mots-clés santé