Et si l’Univers n’avait jamais vraiment débuté

Lorsque l’on parle du début de l’univers, on a tendance à penser directement au Big Bang. Une équipe de chercheurs de l’université de Liverpool réfute aujourd’hui cette théorie, suggérant que l’évènement n’était qu’une étape dans l’évolution de l’univers.

Le début de l’univers a toujours été un sujet de controverse. Cependant, force est de constater qu’il existe une théorie avec laquelle la grande majorité des scientifiques sont d’accord. Il s’agit de la théorie du Big Bang. Une nouvelle théorie de la gravité quantique, postulée en ligne sur la plateforme de prépublication scientifique arXiv, conçoit pourtant celle-ci comme un moment particulier de l’évolution de l’univers. Selon les chercheurs de l’université de Liverpool qui en sont à l’origine, le temps n’a pas eu de commencement et aurait ainsi toujours existé dans un passé infini.

Photo de Andy Holmes – Unsplash

Si cette hypothèse est fondée, nous n’aurons plus à dire à nos descendants “au début, il y avait…”. Voyons ce qu’il en est réellement.

Une conception différente de l’écoulement du temps

Selon ces chercheurs, l’univers n’a pas commencé avec le Big Bang, qui n’est qu’un des événements majeurs de son existence. Pour eux, l’espace-temps est constitué d’une série de morceaux groupés, également appelés atomes d’espace-temps, qui sont délimités par la proximité des événements.

Prenons un exemple pour mieux comprendre cette théorie des “ensembles causaux”. En lisant cet article, vous remarquerez la fluidité et la continuité devant votre écran. Cependant, si vous prenez une loupe pour voir les pixels qui divisent l’espace, vous vous rendrez compte qu’il est impossible de superposer deux images de façon à ce qu’elles forment un seul pixel.

Jusqu’ici, nous avons pris l’habitude de nous fier à une illusion émergente ou à une suggestion de notre cerveau pour dire que le temps passe. Avec la théorie causale, en revanche, le passage du temps est conçu comme quelque chose de physique. Un atome sera formé par un ensemble causal et il continuera à croître en volume.

Un ensemble causal infini dans le passé

En plus de remettre en question la façon dont nous comprenons l’espace et le temps, cette nouvelle théorie remet également en question le concept de singularité du Big Bang. Notre concept traditionnel du Big Bang va à l’encontre des lois connues de la physique. En effet, la compression de la matière en points infiniment petits est impossible. La plus petite taille de ces points devrait être la même que celle d’un atome d’espace-temps.

Les chercheurs de l’université de Liverpool s’accordent à dire que notre univers s’est développé à partir de rien. Cependant, l’ensemble causal qui a évolué au fil des ans vers l’univers que nous connaissons aujourd’hui est infini dans le passé. Cela signifie qu’il y a toujours eu quelque chose avant, d’où la remise en question de la théorie classique du Big Bang. Cependant, si cette approche est mathématiquement recevable, elle reste à démontrer.