Et si Oumuamua était un gigantesque iceberg d’hydrogène interstellaire ?

Depuis la découverte d’Oumuamua en 2017, la communauté scientifique a avancé diverses théories sur ce qui, en apparence, arborait la forme d’un OVNI. Selon une nouvelle étude, il semblerait que l’on soit face à un iceberg à hydrogène venant de l’espace.

La recherche a été menée par deux astrophysiciens qui se sont consacrés à l’étude de la roche spatiale, sans oublier celle du phénomène de matière noire.

Oumuamua

Durant sa traversée de notre système, Oumuamua a rapidement été examiné par une cohorte de scientifiques.

Le rocher interstellaire avait une forme assez singulière, tel un cigare, ce qui faisait indirectement penser à un vaisseau spatial. Par la suite, certains chercheurs ont évoqué une comète, d’autres un fragment de planète.

Suite aux nombreux questionnements sur ce qu’était réellement Oumuamua, Yale a étudié le corps et les chercheurs de l’Université en sont venus à la conclusion que l’on serait finalement face à un iceberg d’hydrogène.

Il s’agirait d’une première dans le monde scientifique terrien puisque rien de tel n’a été découvert jusque-là dans notre système.

Des propriétés d’iceberg

C’est à ces deux astrophysiciens de Yale que l’on doit cette théorie a priori plus plausible que les précédentes : Darryl Seligman et Gregory Laughlin.

Leurs études démontrent que le gaz reste la forme principale de l’hydrogène. Aussi, si la substance était exposée à une température assez froide, elle aurait la capacité de se solidifier. Pour ce faire, une température de -260 °C serait nécessaire pour provoquer ce phénomène et un tel processus pourrait parfaitement avoir lieu dans un nuage moléculaire géant.

Bien que la durée de vie du cœur d’un nuage de ce type soit limitée (des centaines de milliers d’années), le bloc de glace généré pourrait parfaitement avoir le gabarit d’Oumuamua, estimé à 800 m de long.

En conséquence, les chercheurs pensent que l’étrange objet est en réalité un résidu de nuage moléculaire géant ayant disparu.

À lire aussi : On en sait un peu plus sur l’origine de Oumuamua

Encore des mystères autour du cigare de l’espace

Même si Seligman et Laughlin ont mené des études méthodiques sur Oumuamua, des questions restent en suspens sur cet objet de convoitise.

En effet, la traversée de notre système a été rendue possible grâce à une propulsion de gaz. Toutefois, l’existence même d’un iceberg à hydrogène est toute nouvelle pour l’humanité et on ignore si un tel corps serait réellement en mesure de se comporter de cette manière.

Du point de vue de la physique, il n’y a cependant rien qui remet en cause la théorie de Seligman et Laughlin. Il est donc tout à fait possible qu’Oumuamua soit un iceberg à hydrogène interstellaire, mais des études supplémentaires seront sans doute nécessaires pour prouver ou informer cette thèse.

À lire aussi : Et si Oumuamua n’était qu’un mouton de poussière ?