Et si un ancien continent se cachait dans les profondeurs de Mars ?

Mars se trouve au centre de toutes les attentions. Les agences spatiales multiplient en effet les missions en direction de la planète rouge et plusieurs états envisagent d’établir des colonies humaines durables à sa surface.

Mais avant de pouvoir poser nos valises sur la croûte martienne et profiter du paysage dévasté de la planète rouge, il va falloir en apprendre un peu plus sur son histoire.

La planète Mars

Crédits : NASA/JPL/University of Arizona

Car si nous en savons désormais beaucoup sur Mars, il reste encore quelques mystères à résoudre. Et l’un d’entre eux a trait à la dichotomie de ses reliefs.

Mars, une planète qui recèle encore de nombreux mystères

Mars n’est en effet pas une planète homogène et ses deux hémisphères sont ainsi très différents l’un de l’autre.

L’hémisphère nord se compose de vastes plaines, avec des reliefs peu marqués. Soit l’exacte opposée de l’hémisphère sud qui est pour sa part parsemé de volcans et de cratères.

À l’heure actuelle, personne n’a encore été en mesure d’apporter des réponses précises à cette énigme, mais les théories ne manquent pas.

Certains chercheurs pensent ainsi que la planète rouge a subi dans son lointain passé une collision avec un corps massif, un corps qui aurait aplani une bonne partie de l’hémisphère nord. Pour d’autres, l’explication se trouverait dans l’activité volcanique de la planète, une activité qui pourrait être plus marquée au sud qu’au nord.

Le mystère reste donc entier et c’est précisément ce qui a poussé une équipe de planétologues à se lancer dans une nouvelle étude.

Étude dont les conclusions ont été présentées en janvier dans Nature Geosciences puis relayées par l’Université Paris-Saclay.

Une étude pour expliquer la dichotomie des reliefs martiens

Pour mener leurs recherches à bien, les chercheurs ont porté leur attention sur les données issues des cartes d’épaisseur topographique et crustale de la planète rouge, des données récoltées en étudiant le champ de gravité de la planète.

Après avoir supprimé les bassins d’impacts et les reliefs volcaniques présents à la surface de Mars, les chercheurs ont révélé l’existence d’un bloc située dans la zone Terra Cimmeria-Sirenum, un bloc atteignant d’après leurs calculs les 50 kilomètres d’épaisseur et présentant plusieurs anomalies d’ordre magnétique et géochimique.

Si l’équipe n’a pas été en mesure d’expliquer directement ces anomalies, elle pense avoir trouvé un début de réponse en comparant ces données avec celles de la Terre. Les chercheurs ont ainsi réalisé que des anomalies magnétiques similaires pouvaient aussi être observées sur notre planète… au niveau des cratons continentaux et donc à l’endroit ou les microcontinents viennent se rejoindre.

L’existence présumée de ce bloc soulève bien entendu de nombreuses questions, mais elle prouverait également que l’hémisphère nord et l’hémisphère sud de Mars n’auraient pas forcément la même origine. En d’autres termes, la planète rouge a peut-être bénéficié de sa propre tectonique des plaques dans son lointain passé et un continent pourrait ainsi se trouver dans ses profondeurs.

Par extension, cela voudrait aussi dire que la Terre et Mars présenteraient plus de points communs que prévu. Mais bien entendu, ces conclusions doivent encore faire l’objet de discussions dans la communauté scientifique et il sera donc préférable de garder un minimum de distance.

Mots-clés mars